Banc « pots de fleurs » made in toit-plat-bisontin !

Hello,

Alors que le placo continue et que nous luttons quelque peu pour avoir l’électricité (voisin un peu susceptible et possessif), on continue de fabriquer notre mobilier de jardin. Aujourd’hui, c’est le banc « bacs à fleurs » de voir le jour. Co-designé et co-construit par nous même bien-sûr ! Niveau plan, rien que du très simple. Il s’agit de créer deux carrés d’environ 45*45*45 cm et d’ajouter deux poutres sur lesquelles on fixe des petites planches. L’utilisation d’un bois comme le Douglas est recommandé pour la durabilité du mobilier.

Plan schématique du projet

plan_bancCréation du premier bac

P1080328

Comme toujours, on utilise des vis inox pour que cela ne rouille pas. Ici, on a voulu laisser 5 cm de poteau dépasser au niveau des pieds pour que le bac ne soit pas directement au contact avec le sol. Puis on a fait une finition avec des découpes à 45 ° sur le dessus pour faire plus fini.

On ajoute quelques planches au fond pour retenir la terre

P1080330

Projet terminé !

P1080364

Comme pour les jardins, nous avons agrafé un plastique dans le bac pour limiter le contact de la terre  sur le bois.

Le banc « bacs à fleurs » avec les autres créations de toit-plat-bisontin !

P1080367@bientôt pour la suite de l’aventure 🙂

Fil à linge, jardin, livraison de sable + mélange béton et pavés !

Hello les lecteurs 🙂

La semaine devrait voir arriver le plaquiste pour poser les placos mais entre temps et étant donné que nous n’avons pas les clés (chose recommandée par l’AAMOI pour éviter les litiges). Ce n’est pas faute d’avoir demandé mais le constructeur n’a pas voulu nous les fournir. Dans ce cas, nous faisons l’extérieur. Le seul point bloquant c’est que je n’ai plus accès à l’eau mais les voisins sont sympas 🙂

Fil à linge : fabrication « maison »

Le projet :

  • Poteaux : 200*4 = 8 m soit 2 poteaux 100/100 + 1 chute de 1 m

L’idée est de fabriquer un fil à linge en utilisant des poteaux en bois de douglas. Deux poteaux de 2 mètres de chaque côté et un petit poteau de 50 cm raccordant chaque couple de poteau pour solidifier l’ensemble. Nous avons retenu une section de 100*100 m pour les poteaux. Aux angles, nous ajouterons des équerres de fixations. Les poteaux seront soit bétonné directement en plantant des clous aux pieds pour aider au maintient soit posé sur des platines elles mêmes fixées au béton. Nous protégerons la partie bétonné par un film goudronné afin de garantir une plus longue utilisation. Nous choisirons certainement ce cas et planterons les pieds d’environ 15 à 20 cm ce qui laissera environ 180 à 185 cm de hauteur pour le fil à linge. La solution avec platines coûte plus cher mais reste envisageable (solution retenue). Les cordes seront du câble inox (solution retenue câble inox 3 mm avec bloque câble inox) ou de la corde à linge basique.

Le projet fil à linge sur le papier

projet_fil_linge

La réalité :

Bref, en cette journée ensoleillé, j’ai profité de mon RTT pour commencer la pose de notre fil à linge. La bête a été conçue par nos soins et est constituée de 4 poteaux sections 100*100m. Pour tenir ces poteaux, j’ai acheté 4 supports poteau moulé de chez FixMan (trouvé sur le web pour pas trop cher livré moins de 40 € les 4). Ils ont plus la particularité d’avoir deux « petites pattes » qui viendront se fixer parfaitement dans le béton. Pour assurer un maintient parfait dans le béton, j’ai commandé des goujons inox à béton 60mm par 9 mm que je viendrai fixer sur les trous des supports. Ces supports viendront recevoir nos poteaux 10*10 cm d’une hauteur de 2 mètres et vont être bétonnés à moins 10 cm du sol pour pouvoir recouvrir le béton de terre et de gazon. Ainsi, les fils seront à environ 180 cm du sol étant donné qu’ils seront fixés au milieu de la poutre centrale. Niveau outillage, prévoir pelle, pioche, brouette, bêche, cordeau, niveau, règle avec niveau intégré ou non, seau, mélange béton, ciment, truelle et du courage ! 🙂

Support et trou d’environ 40 *40 aligné par rapport au jardin et perpendiculaire à la maison

P1080209

Le béton est préparé à partir de 4 seaux de mélange béton 0/16 et un seau de ciment + de l’eau

P1080220

Les 4 trous sont creusés et je marche sur des planches pour ne pas abimer le gazon

P1080218

Les 4 supports sont coulés alignés et de niveau

P1080224

Edit : suite du fil à linge !

Découpe des morceaux

P1080244

Montage des poteaux dans les supports

P1080245

Fixation de la poutre « trait d’union » par des équerres

P1080246

Perçage pour le câble inox 3 mm

P1080250

Trous percés

P1080248

Fixation du câble inox par des bloques câble

P1080253

Quasi terminé avec les jardins et le soleil

P1080256

Goujon inox dans le béton pour tenir les supports

P1080257

La fabrication et le montage se sont bien passé. Reste à tendre correctement le câble inox, choses pas tellement facile mais avec un peu d’insistance, cela devrait être au top. Le rendu est pas mal et devrait s’améliorer après la pose de planches pour le porte cintre à linge et les câbles pour les plantes grimpantes !

Livraison des bigs bags

Pour la pose des pavés et pour pouvoir faire du béton à moindre coût, j’ai commandé 2 bigs bags de mélange à béton 0/16 et 4 bigs bags de sable concassé 0/4. Le livreur a un peu galéré étant donné l’étroitesse de notre accès mais avec un peu de talent et de persévérance, l’affaire était conclue ! Ces bigs bags font environ 800 litres chacun et pèsent plus d’1.3 tonne chacun. Niveau tarif, il faut compter par chez nous 50€ le big bag de mélange et un peu plus de 70 € pour le big bag de sable. Niveau livraison, et étant donné notre proximité du magasin, il m’en a coûté 50 € et le livreur était au top (prix HT) !

Avant l’arrivée des bigs bags, j’ai positionné les copeaux de bois sur le massif pour éviter le tassement et la pousse d’herbe

 P1080207

La grue se déplie : galère trop gros camion et câbles partout

P1080214

La grue est à son maximum, impressionnant

P1080215

La famille des bigs bags bien alignée

P1080217

Plantation : le début

Le beau temps étant là et la fin de la saison des racines nues arrivant à grand galop, j’ai commandé quelques petits fruits car autant planter des choses qui se mangent 😀 ! J’ai ainsi planté deux casseilles (croisement entre groseille et groseille à maquereau), deux groseilliers rouge, 2 groseilliers à maquereau, 9 plants de framboisiers (marastar (goût framboise des bois en gros comme mara des bois pour la fraise), sumo pour les gros fruits et Maling promise.  Ajoutons à cela une vigne de table Italia qui pourrait grimper sur le fil à linge et un rosier offert ! J’ai également planter un petit arbuste de Goji (ou arbre du bonheur en Chinois), vous savez ce fruit rouge que l’on trouve séché avec plein de vitamine, eh bien c’est résistant même ici dans l’Est de la France. Il faut dire qu’il est originaire de l’Himalaya.

La saison de la racine nue étant bientôt terminée : les petits fruits arrivent !

P1080231

Pralinage des racines nues (eau + terre + terreau et on mélange) : miam

P1080230

Framboisiers marastar à l’entrée : vivement les fruits !

P1080232

Pour chaque plantation, j’ai ajouté un peu de terreau pour améliorer le sol et surtout l’alléger car notre sol argilo-calcaire est lourd, très lourd !

Pavés, encore et toujours

Le pavé, ça commençait à me manquer alors ce matin, petite séance bien musclée. Le temps de préparation est bien plus longue que la pose. Préparation de 3 heures pour une pose en même pas une heure.

Décaissage et pose de la zone de retournement de la voiture

P1080234

Si seulement ils se posaient tout seul…

P1080236

Après une petite sieste et op ! (ah bah non…)

P1080238

@bientôt pour la suite !

Montage du « vide sanitaire » permettant la création de la dalle

Décidément, la société Jeunot TP avance très vite et aujourd’hui, (à trois car arrivée du maçon), ils ont commencé à poser les agglos qui permettront de créer une dalle et de mettre la maison à niveau !

Le « vide sanitaire » qui sera ainsi créé sera rempli de cailloux qui seront damés. Ensuite, ils creuseront dans les cailloux pour passer les différents réseaux d’évacuations. La mise en place d’un coffrage viendra tenir la future dalle béton. Toute cette partie devrait être terminée la semaine prochaine. Après un temps de séchage d’environ un mois, le tout sera prêt pour accueillir notre maison ossature bois en janvier !

Début de la création de la dalle pleine le 29/11/2013

P1070421

Ça monte !

P1070427

Coté garage : 3 rangs déjà monté

P1070432

Raccord particulier entre le garage et la maison

P1070431

Le moins que l’on puisse dire c’est que le travail est propre et semble de qualité pour un non initié !

 

Début du terrassement et début de la construction (enfin!)

Bonjour,

Terrassement !

C’est non sans une certaine joie, que nous avons appris vendredi dernier que le terrassement de la maison allait commencer ce lundi. Avant tout commencement, nous avons réclamé les deux assurances indispensables dans le cadre d’un CCMI.

  • La Dommage ouvrage (DO) qui permet de vous rembourser en cas de dommage sur la structure. Cette assurance permet de se substituer aux décennales des entreprises. Ceci vous permet d’être indemnisé rapidement et c’est l’assurance de la dommage ouvrage qui trouvera un accord avec les décennales des entreprises ayant mal fait leur boulot. Cette assurance est obligatoire pour une construction mais pas punissable si c’est votre maison. La loi française… Pour autant, je vous conseille vivement de souscrire à cette assurance car déjà, vous n’aurez pas à vous battre avec l’entrepreneur fautif et si vous revendez avant dix ans, vous n’aurez pas à vous porter garant de la structure.
  • La garantie de livraison à prix et délais convenu. Cette garantie est fournie obligatoirement par votre constructeur. Cette dernière vous couvre si l’entreprise du constructeur venait à faire faillite. L’assurance prendrait alors en charge la suite de la construction. Si le nouvel entrepreneur venait à dépasser le prix convenu du contrat, vous auriez au maximum 5% du prix de la maison qui serait pour votre « pomme »…

Ces deux garanties doivent être nominatives et doivent vous êtres transmises avant le début des travaux !

La pelleteuse enlève la terre végétale

pelleteuse

Bref, en ce lundi, nous avons posé un jour pour voir les débuts de notre future maison. Vers 9 heures, nous sommes sur le terrain et le soleil est au rendez-vous. C’est plutôt de bonne augure car en cette fin novembre, on aurait pas pu rêver mieux. Sur le terrain, l’entreprise Jeunot Travaux Publics est présente. Une grosse pelleteuse va bientôt engager le chantier. Une petite discussion sur les cas particuliers  (attention au magnolia, aux câbles…) et c’est parti pour eux.

Le volume de terre végétale est vite impressionnant. La terre est bonne et c’est bien pour notre futur jardin ! La maison est piquetée et nous avons hâte de voir la suite. Un peu plus tard dans le matin, la pelleteuse heurte un câble ERDF et l’arrache de son support. Oups, le voisin n’a plus d’électricité ! La boulette sera réparée l’après-midi par les services d’ERDF. Si seulement ERDF allait aussi vite pour enlever le câble gênant !

ERDF en action

erdf en actionEdit : Une petite vidéo de la pelleteuse en action disponible sur Youtube

Nous reviendrons un petit moment l’après-midi pour voir l’avancement et les tas de terre s’accumulent ci et là. La souche du cerisier a été arraché sans difficulté tout comme quelques autres souches le long du bas du terrain. La pelleteuse arrache sans forcer les buissons de plus de trente ans en 5 minutes alors que j’avais arraché à la pioche deux buissons en 4 heures… J’ai bien fait de laisser les 20 autres 🙂

En cette fin de journée, nous sommes ravis car le projet commence après nos nombreux mois de réflexions et d’actions (recherche de terrain, permis de construire, signature du compromis de vente de ce dernier, financement…). Avant de rentrer chez nous, nous déposons à la mairie trois exemplaires de Déclaration d’Ouverture de Chantier (DOC) afin de stipuler à l’administration que le chantier à bel et bien démarré. C’est à partir de cette date que le délai du constructeur pour construire (souvent 12 mois) commence. Alors n’oubliez pas de déposer ce document car après le délai dépassé, le constructeur vous doit 1/3000 du prix de la maison par jour de retard.

ERDF, suite de l’aventure

Voilà plusieurs mois que nous dialoguons  avec ERDF (enfin dans un seul sens) pour le déplacement d’un câble gênant notre construction. Une solution a été mise en œuvre par ERDF mais cette dernière ne nous a jamais été communiquée et pour résumer l’affaire, cette solution était à prendre ou à laisser alors que ce câble est dans un premier temps illégal (aucune servitude existante) et que dans un second temps, nous sommes en zone classée et que la modification devrait être souterraine. Après avoir essayé de trouver un compromis et devant les refus d’ERDF (à cause des surcoûts de nos propositions), j’ai appelé les Architectes des Bâtiments de France pour leur demander quel serait leur avis. L’architecte m’a bel et bien confirmé que cela devait être en souterrain et a envoyé un mail à ERDF pour comprendre comment cela se faisait qu’ERDF voulait passer en aérien. Cela fait du bien d’avoir un soutien car on se sentait un peu seul face à ce colosse. En plus de ce mail, nous avons envoyé une mise en demeure pour que la mise en conformité soit faite sous un mois car notre maison doit arriver en Janvier et que ce câble empêche sa construction. En cas d’empêchement de construire, nous demanderons 500 €/jour de dommage à ERDF. Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de cette aventure qui nous énerve vraiment et qui semble légion un peu partout. Des ressources juridiques sur le sujet : http://www.universimmo.com/forum_universimmo/pop_printer_friendly.asp?TOPIC_ID=82

@bientôt pour la suite des aventures !

 

Propriétaire du terrain, viabilisations et ERDF

Propriétaires !

Nous sommes dorénavant propriétaire de notre terrain de 608 m² ! Nous avons signé l’acte de vente devant notaire suite à notre compromis de vente.  Nous avions attendu le recours des tiers (2 mois) et le recours administratif (1 mois de plus). après le dépôt du panneau du PC. C’est un soulagement car cela va permettre de continuer l’aventure qui est en soit pas la plus facile : la construction et le suivi de celle-ci.

Viabilisations

Nous devons viabiliser notre terrain. Pour ERDF, le coût sera d’environ 1200 € pour nous apporter le coffret en bordure de terrain (ticket bleu). Nous attendons qu’ERDF nous déplace le câble gênant avant que ce coffret arrive…  (cf le cas ERDF ci dessous). Concernant l’eau potable, il s’agit de Véolia Eau qui gère ce réseau dans notre commune et pour une tranchée de 8 m avec fourniture d’un regard et la tranchée, la facture s’élève à 1800 €. Heureusement, nous pouvons nous occuper de la tranchée et espérons faire baisser les coûts grâce à notre terrassier. Par rapport à l’assainissement collectif. Nous allons pouvoir nous connecter au réseau assez facilement et profiter de la tranchée de l’eau potable et du télécom. Il restera bien-sûr à payer la taxe de raccordement qui s’élève chez nous à 1600 €… Pour le télécom, nous allons tirer deux gaines vertes entre le poteau et un regard en bordure de terrain.

ERDF

Concernant ERDF, il ne faut pas être pressé ! En effet, une solution semble se dessiner concernant l’effacement du réseau mais ils n’ont même pas pris la peine de nous en parler ! C’est moi, un mercredi après-midi qui ai intercepté des personnes de la SPIE et qui m’ont montré le projet de déplacement qui fait passer la ligne encore sur notre terrain…ce qui est inacceptable étant donné qu »ils n’ont aucun droit de passage et que nous n’en signerons pas ! En théorie, en zone classée, l’effacement devrait se faire en sous-terrain mais sûrement pour une histoire d’économie, la solution n’y prête guère attention. Nous espérons voir une solution viable d’ici la semaine prochaine car ERDF a une réunion avec le SYDED mardi 22 octobre…

Travaux sur le terrain

Arrachage des fils à linge

arrachage du fil à linge

Découpe du cerisier gênant l’entrée de la maison

DSC_0273

 

Déplacement du pêcher

DSC_0232

 Installation de notre hôtel à insectes !

DSCN0816

Les insectes sont indispensables pour la biodiversité et notre future jardin ! Nous espérons accueillir rapidement des abeilles solitaires et autres petites bébêtes très intéressantes comme les coccinelles… La structure a été montée avec des planches de pins et nous avons créé plusieurs cases où nous avons inséré des branches d’arbres trouées par une perceuse, de la paille, des branches à bois creux et des petites morceaux de planches. Le toit a été étanché par un film anthracite (la couleur des menuiseries extérieurs de la maison) dispo chez casto en rouleaux de différentes longueurs. La cabane a été accroché à deux poteaux autoclave préalablement enfoncés dans la terre avec une masse.

Avancement de notre projet !

Voilà quelques temps que le projet de construction se met en marche. Il faut avant tout être patient et rigoureux. Voici un article retraçant toutes les démarches que nous avons faites dernièrement et notre état d’avancement…et que dire si ce n’est que nous avons bien avancé !

I] Signature du compromis de vente du terrain

C’est un point important pour assurer ses arrières. En effet, le prix du foncier devient de plus en plus exorbitant et il faut bien assurer que vous pourrez construire votre maison. Ainsi, je vous recommande vivement de prendre un notaire qui saura défendre vos intérêts. De notre propre expérience, le notaire du vendeur a essayé de nous faire payer des choses que nous n’avions pas à payer et surtout, horreur, de nous faire signer ce compromis sans condition suspensive de Permis de Construire. Même si nous étions quasi sûr d’obtenir notre permis, nous avons refusé avec l’aide de notre notaire ce projet de compromis qui je vous rappelle vaut vente. Signer ce compromis c’est donc vous engager à l’acheter si vous ne tombez pas dans une condition suspensive ou au mieux tenter un recours amiable avec le vendeur qui pourrait vous demander tout de même 10% en dédommagement pour l’immobilisation de son bien.

2012-11-06_12-38-19_900

Le terrain constructible avec les arbres

Ainsi, après une bataille longue et ardue, nous avons réussi à négocier avec le vendeur que soit inscrit en condition suspensive à la fois le permis de construire mais aussi le recours des tiers qui est de deux mois après le panneau du permis déposé sur le terrain. C’est ainsi, que nous avons signé ce compromis de vente mi-avril 2013 avec une date de vente maximum datée en Novembre. (1 mois pour déposer le permis, 3 mois pour le recevoir et 2 mois de recours des tiers). Étant en zone classée, il y avait un petit risque de délais mais étant donné que nous n’avions pas une vue directe sur le bâtiment protégé, nous savions que cela irait assez vite et ne prendrais pas en tout cas les 6 mois (durée maximum) pour avoir le PC ! Nous avons quand même eu une lettre de la mairie pour nous annoncer que le délai pour obtenir le permis de construire allait être prolongé à six mois. Puis très rapidement après nous avons reçu le PC.

Déplacement d’une ligne ERDF isolée

Nous avions également un point de friction sur lequel nous avons trouvé une solution en construisant une maison à étage toit plat. En effet, un câble isolé de 220V traverse le terrain et se trouve gênant visuellement. Après une recherche approfondie sur la chose, il s’avérait qu’ERDF semblait être dans l’illégalité. Après un contact du bon service et quelques courriers AR du propriétaire, nous en concluons qu’il est nécessaire de faire une maison à étage car le câble étant isolé, il faut aller le toucher avec la maison pour qu’il y ait un déplacement gracieux d’ERDF. La voie de la justice pourrait être envisagée mais longue et coûteuse. Un courrier d’ERDF nous explique qu’avec un toit plat, pas la peine de toucher le câble car une distance minimum d’2 m doit être respecté. Avec cette maison à étage toit plat, nous sommes sûrs de le faire déplacer. La personne s’occupant de se déplacement nous a contacté dès qu’il a reçu le Permis de construire pour nous dire que le déplacement était prévu dès lors que nous aurons amené l’électricité sur notre terrain via la paiement du ticket bleu (environ 1200 €).

Alors que notre premier projet était un maison plain pied, nous avons donc été obligé de trouver un autre constructeur car maisons Booa ne rentrait pas dans notre budget pour une maison en R+1 toit plat ! C’est ainsi, qu’après de nouvelles recherches sur des constructeurs ossatures bois, nous contactons pour la première fois Maisons Boillod dans le Doubs.

II] Démarchage de constructeurs, plans de la maison et signature du CCMI (Contrat de Construction de Maison Individuelle)

Notre nécessité de construire une maison R+1 pour déplacer le câble ERDF gênant, nous pousse à démarcher Maisons Boillod à Orchamps-Vennes. Dans un projet annulé il y a deux ans et durant nos recherches de terrains, nous avons rencontré plusieurs constructeurs et maîtres d’œuvres et notre expérience dans le domaine s’était bien étoffé. Au final, choisir une maison R+1 ne nous dérange pas car cela permet de séparer le coin nuit du coin jour et d’empiéter moins sur notre petit terrain. Pour parfaire notre connaissance dans le domaine du CCMI, nous avons adhéré à l’association AAMOI.

Très rapidement, le commercial M. Jacquot nous rappelle et écoute notre projet. . Nous ne voulons pas sacrifier le toit plat mais sommes d’accord pour faire des concessions sur la surface et le design architectural de la maison. En clair, nous allons partir sur un cube avec un garage accolé. La possibilité de répondre à nos besoins réside dans une maison cubique toit plat de 98 m² avec un garage de 19 m². De belles ouvertures et un agencement respectant nos désidérata (sas d’entrée, salon/séjour ouverts sur cuisine, trois chambres et une salle de bain à l’étage ainsi que des toilettes séparées en plus de celui de la salle de bain. Nous étudions les plans et faisons déplacer une baie vitrée face sud ouest et ajoutons une fenêtre à la place. La notice descriptive est plutôt bonne mais s’étoffe et se détaille après quelques allers-retours suite aux remarques des « forumeurs » de l’AAMOI. Au final, nous sommes conquis, la maison nous convient, le prix aussi même si nous avons un peu gonflé notre prix. La qualité de la prestation semble très bonne et les commerciaux et l’entreprise nous donnent un bon sentiment de confiance et de sérieux.

plan

Plan de notre maison ossature bois

Visite d’une maison Boillod et signature du CCMI

Pour signer un CCMI, vous devez posséder un compromis de vente, une promesse de vente ou être propriétaire du terrain. Ensuite, ce CCMI doit contenir les conditions générales, particulières et les plans de la maison avec son implantation sur le terrain.  La signature se fait d’ordinaire chez le constructeur. Il faut ensuite signer et dater plusieurs exemplaires du contrat comprenant donc les plans, la notice descriptive, les conditions générales et particulières. Nous relisons bien-sûr tout en détails avant de parapher et signer l’ensemble des documents.

La garantie de remboursement nominative

Lors de la signature du CCMI, le constructeur peut vous demander 5% du montant du marché ou 3% du montant mis sur un compte séquestre. Si le constructeur vous demande 5% et pour que cela soit légal, il doit vous donner en échange du chèque, une garantie nominative de remboursement qui vous servira si finalement, la maison ne se faisait pas (une condition suspensive quelconque comme la non obtention du permis de Construire ou du prêt).  Boillod demande 3 % du prix de la maison qui seront remis après les 7 jours pendant lesquels vous pouvez stopper le contrat.

Quelques temps après, nous recevons le CCMI en lettre recommandée. A partir de la date d’arrivée du recommandé dans votre courrier, vous avez 7 jours de réflexion pour stopper le contrat sans dédommagement pour vous. C’est là qu’intervient aussi la garantie de remboursement nominative et vous comprenez bien que lorsque vous avez donné 5% sans cette garantie, vous vous sentez comme obligé de continuer ce qui n’est pas vrai et est punissable par la loi !

Nous ne casserons bien-sûr pas le contrat car tout est convenable et en laissant passé les 7 jours, le contrat est validé ! Une étape de plus que nous sommes content d’avoir accomplie.

III] Recherche de prêt et demande de prêt

1371776044_US-dollar

Prêt bancaire

La bataille continue et nous voilà maintenant à graviter autour du monde de la finance. Lors de notre projet annulé, nous avions fait un peu le tour des banques et avions retenu quelques points importants. Le premier est bien-sûr le taux accepté pour votre prêt (fixe ou non !) qui est un % qu’il faut additionner au taux de l’assurance et divers frais comme la caution ou les frais de dossier pour obtenir un taux TEG pour Taux Effectif Global. Ce TEG est l’outil qu’il faut regarder pour comparer le coût du crédit. Après, il n’y a pas qu’une histoire de coût car il faut aussi s’attarder sur ce que l’assurance couvre et les exclusions de celle-ci. En effet, les exclusions sont souvent nombreuses et si vous souhaitez encore pouvoir faire du karting entre amis ou encore faire de la randonnée en haute montagne sans risquer de ne plus être assuré, lisez toutes les lignes du contrat en le demandant à la banque. L’assurance doit être au moins à 100%.

Au minimum si vous êtes deux à emprunter, vous devrez être couvert à 50% chacun, ce qui veut dire que si l’un d’entre vous décédait, l’autre devrait encore payer la moitié du prêt. De notre côté, nous avons décidé de nous assurer à 100% chacun car c’est à la fois plus sécurisant et une chance de le pouvoir (même si cela coûte) ! Notre assurance sera donc la CNP (Caisse Nationale d’Assurance) qui couvre entre autre la caisse des dépôts. Prévoyez pas mal de papiers à fournir et quelques rendez-vous avec votre conseiller immobilier pour boucler le dossier et trouver les meilleurs moyens de financements. Par exemple, si vous avez le droit au PTZ+ (prêt à Taux Zéro)…

Au final, nous décidons de partir avec la banque postale qui a su nous faire un taux attractif sur 20 ans grâce aux taux bas en cette période mais aussi car notre dossier nous permettait de négocier au mieux. Notre taux d’endettement s’élèvera à 29% sachant que la banque dépassera rarement 33% et qu’il vaut mieux se laisser une petite marge et calculer le reste à vivre. Nous pensons avoir trouvé le bon compromis. Emprunter plus longtemps nous aurait coûté beaucoup plus cher pour une somme supplémentaire empruntée dérisoire. Ainsi, mieux vaut raccourcir le prêt pour obtenir un meilleur taux et une assurance moins onéreuse et donc faire une maison dans votre budget !

L’offre de prêt nous a été envoyée et il a été nécessaire d’attendre 10 jours avant d’y répondre en joignant la lettre dans le courrier de réponse. A partir de là, vous commencez à payer l’assurance du prêt tous les mois.

IV] Réservation de notre futur poêle à bois

Contura_54T_FL

Poêle à bois contura 54t

Étant donné que nous avions exclu le poêle à granule proposé par le constructeur, nous avons été chez le vendeur de poêle à bois de notre secteur (Signori) pour voir ce qu’il y avait à vendre. Au final, nous avons décidé de prendre un poêle à bois de la marque Contura répondant au doux nom de 54T. Il s’agit d’un poêle à bois fabriqué en Suède qui possède une puissance de 7 kw habillé en pierre ollaire. Cette pierre va permettre d’offrir une chaleur plus douce et qui durera plus longtemps. C’est un point important sachant qu’il s’agira de notre chauffage principal. Nous avons ainsi réservé le modèle d’exposition ce qui nous a permis de faire quelques économies. Nous reviendrons bien-sûr sur ce poêle dès que nous aurons la chance de vivre dans cette maison. L’étude thermique de la maison obligatoire en 2012 a pris en compte les caractéristiques de ce poêle. Étonnamment, après des discussions avec le bureau d’études thermiques, j’ai appris que le poêle à bois était plus pénalisant qu’une PAC (Pompe à Chaleur) dans le comptage des points pour être en cohérence avec la RT 2012… Lobbys quand tu nous tiens ! Le choix du poêle à bois face au poêle à granule a été fait via plusieurs paramètres. Premièrement à cause du surcoût engendré par le poêle à granule. Puis, par rapport au fait que les granules émettent pas mal d’énergie grises lors de la fabrication et que son coût reste indexé sur le pétrole. L’inflation du bois bûche reste de l’ordre de 3 % mais bien plus raisonnable que les granulés bois. Aussi et pour finir, il est nécessaire d’avoir de électricité pour que cela fonctionne. Au départ, le poêle à granule nous séduisait notamment grâce au fait qu’il était paramétrable mais au final, le poêle à bois l’a emporté !

V] Dépôt du permis de construire et réception avec un accord favorable !

Suite à notre signature du CCMI, nous avons déposé le permis de construire en mairie afin de gagner du temps. Pour ne rien faciliter, nous sommes en zone classée ce qui peu rallonger la réponse car les architectes des bâtiments de France ont leur mot à dire. Pour prendre les devants, le constructeur avait soumis le projet à ces spécialistes de la conservation du patrimoine et nous avions eu un accord de principe. Cela s’annonçait donc bien et notre intuition était la bonne car à peine un mois après (alors que cela aurait pu durer 6 mois!), nous recevions notre permis de construire accepté avec un avis favorable des ABF. Une recommandation était à noter, le toit plat sera végétalisé ou gravillonné. A ce jour, nous ne savons pas si cette recommandation est obligatoire. Il y avait aussi l’interdiction d’utiliser des enrochements pour soutenir les terres ce qui n’était pas prévu de toute façon. C’est avec un grand bonheur que nous avons accueilli cette nouvelle qui nous permet de gagner deux mois au moins et surtout continuer dans les meilleures conditions possibles !

VI] Nettoyage du terrain et accrochage du panneau de construction sur le terrain

Durant nos vacances, nous avons profité du temps libre pour aller nettoyer notre future propriété. En effet, à l’origine, quelques arbres étaient en bordure de la propriété du voisin. Le propriétaire qui nous vend le terrain a fait abattre ces arbres suite à la demande des voisins.

P1060227

Panneau du permis de construire

Pour autant, il restait encore beaucoup de travail pour déblayer les nombreuses branches pour faire place nette. Ainsi, nous décidons de faire des petits tas de branches, de les ficeler puis de louer un camion benne pour pas très cher chez Super U (44€ une demi-journée et 50km). En une matinée, nous faisons trois chargements et allers retour vers la déchetterie. Fatigués mais contents, voilà notre terrain plus propre. En plus, les arbres nous ont constitués un beau stock de bois que nous pourrons utiliser pour nous chauffer dans un an ou deux (temps de séchage oblige). Suite à cela, un petit débroussaillage est venu parfaire l’ensemble dans l’attente du début du chantier !

Le panneau a été cherché gratuitement chez brico dépôt (sur présentation du PC) et rempli de la manière suivante (cf photo). A partir du jour du dépôt du panneau (qui doit rester tout le long du chantier), le recours des tiers de deux mois commence. Ainsi, vos voisins peuvent attaquer le PC s’ils s’estiment lésés au regard de la loi. C’est pour cela qu’il faut essayer d’avoir un maximum de preuves qui attestent que vous avez mis ce panneau sur le terrain. Plusieurs solutions sont possibles comme par exemple faire venir un huissier (payant). Nous avons décidé de prendre des photos et de demander à la mairie d’attester sa bonne présence.

P1050565

Terrain encombré de branches

La mairie a accepté et nous enverra un papier d’attestation de présence. Ceci devrait suffire à nous couvrir en cas de besoin. Nous avons déjà de toute façon parlé à notre voisin principal qui nous a souhaité la bienvenue et nous irons leur présenter les plans de la maison accompagné d’un petit quelque chose à boire.(;-p)

N.B : Je ne recommande pas forcément l’utilisation du panneau de brico-dépot car par la suite, vous recevez des pubs et des démarches de partout !

VII] Conclusion

 Que de choses parcourues depuis le début de cette nouvelle aventure de construction. Doucement au début, la chose s’est finalement accélérée après avoir trouvé un accord avec le vendeur du terrain et éludé le souci de la ligne électrique. Il faut dire que nous avons en vue ce terrain depuis Octobre 2012 ! Le CCMI et les plans de la maison, sa signature, la demande de prêt, de dépôt et la réception du permis.  Tout cela prend énormément de temps, demande de l’énergie et pas mal de connaissances que l’on peut glaner à droite à gauche sur le web et sur des associations comme l’AAMOI (dont je recommande fortement l’adhésion avant que les problèmes surviennent, coût d’adhésion 70 €). Les points clés à surveiller sont multiples mais avec un bon compromis de vente de terrain, un CCMI bien ficelé avec une notice descriptive détaillée et une société motivée et sérieuse, un crédit et une assurance adaptée, vous devriez vous en sortir au mieux. 20 ans, c’est un engagement de longue durée alors prenez le temps de bien ficeler le dossier pour que votre rêve ne se transforme pas rapidement au cauchemar ! Dans tous les cas, restez vigilant, organisés, renseignez-vous et vivez à fond votre construction.

Départ donné pour ce blog qui sera dédié au récit de la construction de notre maison ossature bois

icone maisonDans la vie, il y a des caps important à franchir. Ici, nous allons essayer de vous raconter au mieux un de ces derniers et plus précisément la construction de notre maison à ossature bois. Nous essayerons également de vous donner quelques conseils afin d’éviter les désagréments de la construction afin de vivre au mieux ce moment. Car il faut bien le dire, construire une maison même via un constructeur peut vite se révéler être un parcours du combattant. Trouver le terrain, signer le compromis de vente dudit terrain, trouver un constructeur digne de ce nom ou un maître d’œuvre. Éviter les pièges, choisir le type de contrat de construction, prévoir les taxes,  trouver les aides possibles, analyser le volet financier…bref autant de choses que nous creuserons au travers de ce blog qui présentera au fur et à mesure l’état d’avancement de notre projet (de la réflexion de celui-ci jusqu’à sa clôture).

Nous espérons que ce vécu permettra à d’autres de vivre au mieux leurs constructions.

Nous vous invitons d’ores et déjà à consulter la page « A propos du projet » pour vous faire une idée de ce dernier. Bonne lecture et bonne visite sur www.toit-plat-bisontin.com !

@bientôt, Flo & Loïc