De l’art et la manière du jardinage

En ce dimanche ensoleillé, à l’heure du changement d’horaire, je me suis décidé d’aller faire un peu de jardinage. Pour commencer et afin de terminer la portion de bordure de pavés, j’ai mis en place le joint de ces derniers.

Jointement des pavés

P1080258

Pour rappel, le jointement est effectué avec du sable 0/4 (1 seau de ciment pour 3 de sable). Comme on le remarque sur la photo, le solin n’est effectué que sur un côté pour pouvoir poser par la suite les pavés au centre sans que le béton ne gêne.

Création d’un massif sur la partie supérieure du terrain

Délimitation du massif (largeur 1.20 m)

P1080260

Création d’une « bordure » naturelle

P1080262

La bêche passe à l’action

P1080261

Terrain bêché

P1080263

Copeaux de bois mis en place

P1080264

Le massif accueil 2 groseilliers à maquereau, 1 chèvre feuille arbustif récupéré sur le secteur, 5 plants de framboisiers, 2 casseilles, 2 groseilliers et un arbre de goji. J’ai ajouté des copeaux de bois pour éviter la pousse de l’herbe et garder une bonne humidité au sol. C’est tout l’intérêt du paillage.

Tension des câbles et pose des goujons du fil à linge

P1080265

La tension des câbles a été revue, les goujons béton posés et la terre remise autour des poteaux (il faudra semer du gazon). Les supports dépassent du sol pour que le poteau ne soit pas au contact du sol et ainsi éviter un pourrissement du bois précoce même s’il s’agit de douglas qui est naturellement classe 3. Le résultat est à la hauteur de nos espérances !

@bientôt pour la suite.

Fil à linge, jardin, livraison de sable + mélange béton et pavés !

Hello les lecteurs 🙂

La semaine devrait voir arriver le plaquiste pour poser les placos mais entre temps et étant donné que nous n’avons pas les clés (chose recommandée par l’AAMOI pour éviter les litiges). Ce n’est pas faute d’avoir demandé mais le constructeur n’a pas voulu nous les fournir. Dans ce cas, nous faisons l’extérieur. Le seul point bloquant c’est que je n’ai plus accès à l’eau mais les voisins sont sympas 🙂

Fil à linge : fabrication « maison »

Le projet :

  • Poteaux : 200*4 = 8 m soit 2 poteaux 100/100 + 1 chute de 1 m

L’idée est de fabriquer un fil à linge en utilisant des poteaux en bois de douglas. Deux poteaux de 2 mètres de chaque côté et un petit poteau de 50 cm raccordant chaque couple de poteau pour solidifier l’ensemble. Nous avons retenu une section de 100*100 m pour les poteaux. Aux angles, nous ajouterons des équerres de fixations. Les poteaux seront soit bétonné directement en plantant des clous aux pieds pour aider au maintient soit posé sur des platines elles mêmes fixées au béton. Nous protégerons la partie bétonné par un film goudronné afin de garantir une plus longue utilisation. Nous choisirons certainement ce cas et planterons les pieds d’environ 15 à 20 cm ce qui laissera environ 180 à 185 cm de hauteur pour le fil à linge. La solution avec platines coûte plus cher mais reste envisageable (solution retenue). Les cordes seront du câble inox (solution retenue câble inox 3 mm avec bloque câble inox) ou de la corde à linge basique.

Le projet fil à linge sur le papier

projet_fil_linge

La réalité :

Bref, en cette journée ensoleillé, j’ai profité de mon RTT pour commencer la pose de notre fil à linge. La bête a été conçue par nos soins et est constituée de 4 poteaux sections 100*100m. Pour tenir ces poteaux, j’ai acheté 4 supports poteau moulé de chez FixMan (trouvé sur le web pour pas trop cher livré moins de 40 € les 4). Ils ont plus la particularité d’avoir deux « petites pattes » qui viendront se fixer parfaitement dans le béton. Pour assurer un maintient parfait dans le béton, j’ai commandé des goujons inox à béton 60mm par 9 mm que je viendrai fixer sur les trous des supports. Ces supports viendront recevoir nos poteaux 10*10 cm d’une hauteur de 2 mètres et vont être bétonnés à moins 10 cm du sol pour pouvoir recouvrir le béton de terre et de gazon. Ainsi, les fils seront à environ 180 cm du sol étant donné qu’ils seront fixés au milieu de la poutre centrale. Niveau outillage, prévoir pelle, pioche, brouette, bêche, cordeau, niveau, règle avec niveau intégré ou non, seau, mélange béton, ciment, truelle et du courage ! 🙂

Support et trou d’environ 40 *40 aligné par rapport au jardin et perpendiculaire à la maison

P1080209

Le béton est préparé à partir de 4 seaux de mélange béton 0/16 et un seau de ciment + de l’eau

P1080220

Les 4 trous sont creusés et je marche sur des planches pour ne pas abimer le gazon

P1080218

Les 4 supports sont coulés alignés et de niveau

P1080224

Edit : suite du fil à linge !

Découpe des morceaux

P1080244

Montage des poteaux dans les supports

P1080245

Fixation de la poutre « trait d’union » par des équerres

P1080246

Perçage pour le câble inox 3 mm

P1080250

Trous percés

P1080248

Fixation du câble inox par des bloques câble

P1080253

Quasi terminé avec les jardins et le soleil

P1080256

Goujon inox dans le béton pour tenir les supports

P1080257

La fabrication et le montage se sont bien passé. Reste à tendre correctement le câble inox, choses pas tellement facile mais avec un peu d’insistance, cela devrait être au top. Le rendu est pas mal et devrait s’améliorer après la pose de planches pour le porte cintre à linge et les câbles pour les plantes grimpantes !

Livraison des bigs bags

Pour la pose des pavés et pour pouvoir faire du béton à moindre coût, j’ai commandé 2 bigs bags de mélange à béton 0/16 et 4 bigs bags de sable concassé 0/4. Le livreur a un peu galéré étant donné l’étroitesse de notre accès mais avec un peu de talent et de persévérance, l’affaire était conclue ! Ces bigs bags font environ 800 litres chacun et pèsent plus d’1.3 tonne chacun. Niveau tarif, il faut compter par chez nous 50€ le big bag de mélange et un peu plus de 70 € pour le big bag de sable. Niveau livraison, et étant donné notre proximité du magasin, il m’en a coûté 50 € et le livreur était au top (prix HT) !

Avant l’arrivée des bigs bags, j’ai positionné les copeaux de bois sur le massif pour éviter le tassement et la pousse d’herbe

 P1080207

La grue se déplie : galère trop gros camion et câbles partout

P1080214

La grue est à son maximum, impressionnant

P1080215

La famille des bigs bags bien alignée

P1080217

Plantation : le début

Le beau temps étant là et la fin de la saison des racines nues arrivant à grand galop, j’ai commandé quelques petits fruits car autant planter des choses qui se mangent 😀 ! J’ai ainsi planté deux casseilles (croisement entre groseille et groseille à maquereau), deux groseilliers rouge, 2 groseilliers à maquereau, 9 plants de framboisiers (marastar (goût framboise des bois en gros comme mara des bois pour la fraise), sumo pour les gros fruits et Maling promise.  Ajoutons à cela une vigne de table Italia qui pourrait grimper sur le fil à linge et un rosier offert ! J’ai également planter un petit arbuste de Goji (ou arbre du bonheur en Chinois), vous savez ce fruit rouge que l’on trouve séché avec plein de vitamine, eh bien c’est résistant même ici dans l’Est de la France. Il faut dire qu’il est originaire de l’Himalaya.

La saison de la racine nue étant bientôt terminée : les petits fruits arrivent !

P1080231

Pralinage des racines nues (eau + terre + terreau et on mélange) : miam

P1080230

Framboisiers marastar à l’entrée : vivement les fruits !

P1080232

Pour chaque plantation, j’ai ajouté un peu de terreau pour améliorer le sol et surtout l’alléger car notre sol argilo-calcaire est lourd, très lourd !

Pavés, encore et toujours

Le pavé, ça commençait à me manquer alors ce matin, petite séance bien musclée. Le temps de préparation est bien plus longue que la pose. Préparation de 3 heures pour une pose en même pas une heure.

Décaissage et pose de la zone de retournement de la voiture

P1080234

Si seulement ils se posaient tout seul…

P1080236

Après une petite sieste et op ! (ah bah non…)

P1080238

@bientôt pour la suite !

Isolation, pare vapeur et gazon !

Isolation en laine de bois

Suite à la mise hors d’air de notre maison à toit plat, l’équipe Boillod a de suite commencée à poser la laine de bois dans les murs, le plafond de l’étage et les murs de refends. En visitant le chantier, j’ai fait remonter un souci sur la laine de bois qui était posée. En effet, nous avions demandé de la sylvactis 55 fx avec un lambda de 0.036 et c’est de la steico flex qui était mise en oeuvre (lambda de 0.038). Ainsi, on se retrouvait avec une isolation théorique un peu moins bonne (notamment un R de 4.7 au lieu de 5). Petit cafouillage mais nous resterons tout de même sur cette steico qui a l’avantage d’être certifiée ACERMI contrairement à l’Actis. Ainsi, nous sommes sûr de la qualité et nous allons devoir signer un avenant au contrat pour que tout soit ok entre nous et le constructeur. Ainsi, une laine de 180 mm est posée dans les murs, 100 mm dans les murs de refends et 200 mm dans les plafonds. Sur le toit, cette isolation est complétée par les 100 mm de polyuréthane sur les solives du toit. Ainsi, nous sommes proche d’un R de 10 sur le toit. Étant donné que c’est le toit qui perd beaucoup de chaleur, il est nécessaire de sur-isoler.

Caractéristiques de la laine de bois steico flex

DSC_0101

Laine de bois dans les murs

P1080130

Laine de bois steico flex 200 sur le plafond

P1080139

Comme vous le remarquez, nous avons opté pour la laine de bois car il s’agit d’un matériau écologique et renouvelable. Nous ne voulions pas de laine de roche ou de verre pour les doutes sur la santé que ces laines apportent. En outre, la laine de bois possède un avantage certain sur les laines. Cet avantage se nomme « déphasage ». Sous ce terme barbare se cache la durée que met la chaleur à traverser le matériau et en découle le confort d’été. En effet, l’idée est de réduire la vitesse de pénétration de la chaleur pour que cette dernière arrive tard en journée, lorsqu’il fait assez frais pour pouvoir ouvrir les fenêtres. Et dans ce domaine la laine de bois est très performante ! A noter que nous utiliserons également de la laine de bois pour les cloisons placo.

Un peu de ouate de cellulose ?

Pour compléter la laine de bois dans des zones peu accessibles, il a été décidé d’insuffler un peu de ouate pour remplir les caissons des acrotères et ainsi dépasser la hauteur du polyuréthane du toit. Ainsi, ce pont thermique a été supprimé et nous devrions être au chaud durant les hivers les plus rigoureux! La machine à insuffler la ouate NR GAIA a permis de faire ça rapidement après une découpe en crois du pare vapeur.

Machine à insuffler la ouate de cellulose

P1080161

Les trous pour insuffler la ouate dans les acrotères

P1080138

Caractéristiques de la ouate nr gaia

P1080164

La ouate (du papier recylé)

P1080171

Pare vapeur troué et rebouché par du scotch spécifique après remplissage de ouate

P1080185

Place au pare vapeur

Suite à la pose de la laine de bois, l’équipe s’est mise à poser le pare vapeur pour que la maison soit la plus étanche possible. Il s’agit d’un tissu qui étanchéifie la maison tout en laissant passer la vapeur pour l’évacuer à l’extérieur. Ici, la pose du produit Aerovap SD 18M permet cette étanchéitié. C’est un travail qui demande du temps et de la minutie car il faut scotcher tous les morceaux. Lundi, un premier test d’étanchéité sera effectué par l’équipe Boillod pour détecter les fuites et les corriger. Pour détecter ces dernières, la maison sera mise en surpression et en dépression et de la fumée mettra en avant les problèmes. Du travail de qualité, rien à dire !

Pare vapeur Aerovap d 18m

P1080124

Le pare vapeur emballe notre maison

P1080184

Étanchéité du conduit de fumée

P1080189

Gazon : le combat du motoculteur face à la terre

Voyant que le beau temps n’allait pas durer, j’ai loué un petit motoculteur pour commencer la mise en place du gazon. En ce jour de printemps et sous le soleil, j’ai pas mal lutté contre notre terre qui avait durcie et formée une croute épaisse. Après une journée de travail, le résultat est quand même là et la pluie du week-end devrait faire germer la belle.

Le motoculteur rebondit sur la terre

P1080157

Premier gros morceau de fait côté jardin

P1080174

               Autre secteur terminé (semé, roulé)

P1080193

La plaque « Boillod Construction » est apparue (nous avions donné notre accord et en plus elle est belle 🙂 )

P1080166

 

La maison est hors d’air, hors d’eau !

Bonjour,

Cela faisait un petit moment que l’on attendait la pose des menuiseries extérieurs afin d’air hors d’air. Vacances et petit retard n’ont pas aidé mais ce qui compte c’est qu’aujourd’hui, c’est chose faite ! Le fabricant a livré les fenêtres ce matin et en une journée elles ont été posées. La porte de garage Hormann et la porte d’entrée Bel’m sont également de la partie. Bref, la maison a maintenant son look final côté extérieur et sous ce soleil printanier, elle est superbe. Bon, nous ne sommes pas trop objectifs étant donné que c’est un peu notre bébé mais le bois couplé au contemporain de la forme de la maison et du gris anthracite ne peut pas vous laisser insensible.

Porte d’entrée : Bel’m Belleville

Prenons un peu les choses dans l’ordre. La porte d’entrée est signée Bel’m, un constructeur Français de porte d’entrée. Il s’agit du modèle Belleville finition anthracite extérieur et blanc intérieur. C’est un porte qui se positionne sur le moyen/haut de gamme propose une porte homogène et faisant confiance. Il s’agit d’une porte en aluminium laqué. La porte possède une serrure 5 points à fermeture automatique et une isolation performante (Ud =1.2W/(m2.K)) (UW ??). Une fenêtre sablée gaz argon permettra de laisser rentrer un peu de lumière naturelle dans notre entrée.

Conception de notre porte d’entrée

belm-porte-entree-angle-alu-e-72

00-belm-porte-entree-alu-belleville-noir-2100-sable-72

 Face intérieure

P1080034

Porte « mastiquée » pour l’étanchéité

P1080035

Face extérieure

P1080050

Porte de garage sectionnelle électrique Harmann acier laqué

Concernant la porte du garage, nous avons suivis les recommandations de la société Boillod et avons fait confiance à la marque Harmann qui nous propose sa porte sectionnelle électrique en acier laqué. Le modèle (LPU) offre ici une isolation de 42 mm entre une double parois. (U= 1,30 W/m²K pour 10M²) La porte paraît très résistante et possède un système anti levage mécanique. Le système intérieur a été posé (moteur et rails de levage). On a hâte de pouvoir la tester ! Nous aurons deux boitiers sans fil pour l’ouverture de la chose.

Face intérieur de la porte de garage

P1080083

Moteur de la porte sectionnelle

P1080085

Face extérieure de la porte Hormann LPU

P1080066

Fenêtres et baies vitrées signées Fenêtres Franc Comtoises (Caméléwood uw 1.1)

C’est ces fenêtres que l’on attendait avec impatience ! Ces menuiseries made in Doubs en bois lamellé cloué (bon point pour la limitation des COV) ont été posées dans la journée sur les deux étages par les équipes Boillod. Ainsi, avec les deux portes extérieures nous voilà hors d’air ! C’est une excellente chose car cela va permettre de garder au loin les curieux et d’entamer les travaux intérieur sans risque de se faire voler du matériel. Les fenêtres sont d’excellentes qualités, elles respirent le naturel et la solidité. L’épaisseur de ces menuiseries très performantes (uw 1.1 (plus le chiffre est petit mieux c’est) avec gaz argon) et en bois font que notre maison bois possède une unité. Il aurait été tellement dommage de passer sur du PVC… Après, c’est souvent le budget qui fait que l’on se dirige vers du PVC et c’est ce que nous nous étions résigné à faire au début mais en démarchant un peu (j’aime marchander :D) le patron de la société lors d’un salon couplé à un effort de l’entreprise Boillod, nous avons pu passer sur le bois avec une meilleure performance et surtout, une  fabrication locale réalisée par Fenêtres Franc-Comtoises.

Bref, on était aux anges à l’époque de la signature et nous le sommes également ce jour car le rendu est somptueux. A noter que ce fabricant basé à Bellherbe propose également du triple vitrage pour les maisons passives (uw 0.8) mais c’est encore un autre monde ;). Elles seront obligatoires pour 2020 (RT 2020) !

Les baies à translation prêtes à être posées

P1080091

Caractéristiques de la baie vitrée

P1080072

Les différentes couches de la fenêtre

P1080078

Fenêtre Caméléwood

P1080098

Fenêtre caméléwood grande hauteur

P1080106

La maison hors d’air côté rue

P1080118

Côté sud avec baies vitrées, fenêtres toutes hauteur (chambres) et autres ouvertures (cuisine, buanderie, salon et troisième chambre)

P1080101

Les deux baies à translation seront protégées des grosses chaleurs par des brises soleil orientables électriques (BSO). Toutes les autres fenêtres auront un volet roulant aluminium électrique. La centralisation des fermetures n’a pas été retenue étant donné la petitesse de la maison et notre relative jeunesse. Par-contre, nous achèterons peut être la télécommande Profalux Noé pour contrôler plusieurs volets par zone et programmer des ouvertures fermetures (prix : env 170 €).  N’hésitez pas à poser des questions et @bientôt pour la suite !

Troisième jardin en bois, un peu de bordure et plantation des fraisiers :)

Hello par ici,

Un petit peu de jardinage et d’aménagement extérieur en attendant la pose des fenêtres prévue pour lundi (enfin!). Les vacances + un petit retard du fabriquant et nous avons quelques semaines de décalages qui ne devraient pas trop changer la donne. La porte d’entrée a tout de même été posée (Bel’m Belleville) mais je ferai un article rapidement sur les menuiseries extérieur.

Ainsi, avec les belles journées printanières en plein hiver, nous bossons l’extérieur car on aime ça ! Voyez par vous même.

Troisième jardin carré, remplissage et plantation de mara des bois

Le troisième jardin fabriqué et rempli de terre

P1080065

Les trois jardins carrés en place

P1080063

Ajout de copeaux de bois pour pailler les fraisiers

P1080064

Le magnolia en fleur (une pièce maîtresse de notre jardin)

P1080062

Ajoutons à cela un peu de bordure de pavé

Bordure qui se prolongera autour de la maison jusqu’à la terrasse

P1080056

Bordure délimitant la zone de retournement pour la voiture

P1080061

Deuxième jardin carré et fin de la première bordure de pavés

Hello par ici,

En cette belle journée de printemps, nous avons terminé un second bac à jardin. Il ne reste plus que le troisième à fabriquer et à décider des emplacements de ces potagers carrés avant des les remplir avec la terre du jardin.

 

P1070979

P1070980Ce matin et en début d’après-midi, j’ai fini la pose de la première bordure. La pose des pavés sur le béton fini, j’ai mélangé du sable 0/4 mm avec du ciment pour faire les joints (1 dose de ciment pour 4 de sable). Posé à la truelle et à la langue de chat (petite truelle), ce joint cimenté permettra de renforcer la bordure et d’empêcher le sable du pavage central de trop se faire la malle.

Pose sur le béton terminé

P1070972
Mélange du sable avec le ciment dans la brouette

P1070973

Pose des joints ciment

P1070975

Nettoyage des joints ciment à l’aide d’eau, d’une éponge naturelle et d’une balayette

P1070976

Résultat final de la bordure

P1070977

Une belle journée qui nous a permis d’avancer comme on l’a voulu. Bientôt la fin des jardins mais pour les pavés, il reste encore facilement une semaine de boulot non stop !

@bientôt pour la suite.

Création du premier jardin carré et début de la pose des pavés anciens

I] Après la maison carrée, le jardin s’y met aussi !

Après quelques petits aménagements et la mission « bois » pour le mobilier extérieur il était nécessaire de passer à l’action ! Et c’est ainsi qu’en ce samedi, nous avons lancé nos outils à la conquête du premier jardin carré. Tout le bois est en douglas non traité. Le plan se veut simplissime. D’une hauteur de 60 cm et donc trois planches de 20 cm épaisses de 28 mm, le jardin fait 1.2*1.2 m. Quatre poteaux de section 80*60 mm viennent soutenir le tout aux angles. Pour la finition, des planches de 10 cm par 2.8 cm viennent couvrir le dessus. A l’intérieur, du plastique protège le bois et ce dernier est maintenue grâce à des agrafes fixées à l’aide d’une agrafeuse murale.

Niveau matériel, nous avons utilisé pêle mêle :

  • Une scie circulaire avec guide de coupe
  • Agrafeuse murale
  • Bâche de protection
  • Une règle, équerre (faisant office de rapporteur),mètre enrouleur
  • Perceuse – Visseuse avec embout torx
  • Vis inox 60 mm et 80 mm
  • 2 traiteaux
  • serre joints
  • Bois : Planches 20cm*2.8 cm, 10cm *2.8cm, poteau section 60/80mm

Installation du chantier : découpe des planches 20 cm

P1070953

Planches coupées avec la scie circulaire

P1070954

Prêt pour le montage de la première rangée de planche

P1070956

Montage

P1070957

Les trois rangées montées

P1070960

Ajout de la bâche de protection pour limiter le contact avec la terre

P1070964

Finition avec les planches de 10 cm et découpe des angles à 45 °

P1070965

Le premier carré terminé !

P1070968

Le travail nous a pris environ 2h30 sans forcer avec le matériel et la place qui va bien. Pour renforcer la planche de finition, nous avons ajouté des petits morceaux de poteau 60/80 mm au milieu et visé le tout. Ainsi, on peut s’assoir dessus sans que la planche ne s’affaisse.  Le résultat est à la hauteur de nos attentes. Cela fait un beau volume et les 60 cm de haut offrent une bonne accessibilité au jardin. Reste à faire la même chose pour deux autres bacs  et à planter nos légumes 🙂

II] Arrivée des pavés et début de pose de la bordure

 Nous avons beaucoup réfléchis concernant le matériau que nous allions utiliser pour faire l’allée carrossable devant notre maison. Déjà, nous avons banni les matériaux imperméabilisant et peu écologique comme le  goudron et autres enrobés. Ainsi, nous avons convenu que le pavage avec de la pierre naturelle serait notre choix. Ce genre de pavé comme le granit 10*10 cm coûte relativement cher. Avec quelques recherches sur Leboncoin pour ne pas le citer, nous avons trouvé environ 60 m² de vieux pavés de ville pour un prix très correct. Maintenant, ce sont des pavés ayants une dimension d’environ 15*15*20 cm ce qui rend la mise en œuvre assez fastidieuse. Doucement mais sûrement, nous devrions y arriver !

14 tonnes de pavés à poser, qui nous donne un coup de main pour la pose ? 😀

P1070939

Pose du cordeau au bon niveau et décaissage

P1070940

Préparation du béton (1 seau de ciment pour 5 seaux de mélange à béton 0/16 et de l’eau)

P1070942

  Après quelques minutes de travail, tadaa, la belle bordure !

P1070950

La pose du cordeau a été effectué avec comme niveau finale la hauteur de l’entrée du garage. J’ai tendu ce cordeau avec deux fers à béton. Ensuite, j’ai creusé dans les graviers sur environ 30 cm, posé un lit de béton et posé les pavés à la limite du cordeau. La partie extérieure du pavage voit arriver ce que l’on nomme un solin en béton qui tiendra l’ensemble. Côté intérieur, pas de solin car il serait alors impossible de poser le pavage central qui sera lui posé sur un lit de sable concassé 0/4mm. De temps en temps, je regarde si les pavés sont bien positionnés avec une règle de 2 m. Le placement des pavés dans le béton se fait souvent avec un gros maillet mais je le fais avec une massette. Les joints des bordures seront fait à l’aide d’un sable mélangé à du ciment alors que les joints du reste du pavage seront comblés par un sable concassé 0/4.

En conclusion, il y a du boulot en perspective mais le résultat devrait être à la hauteur des efforts consentis ! L’utilisation de genouillères est fortement recommandé. Niveau outillage j’ai utilisé un seau, une pelle, une pioche, une truelle ainsi qu’un niveau, une règle de 2 m, un cordeau, une massette, du ciment et du mélange béton 0/16 et de l’eau. Pour la pose des joints ciment, j’utiliserai une truelle langue de chat, une éponge et une balayette spéciale maçon. Dosage du béton 350 kg : 4 seaux de mélange béton 0/16 + 1 seau de ciment + eau. Pour les joints : 3 seaux de sable 0/4 pour un seau de ciment avec l’eau nécessaire pour que l’ensemble se place bien et tienne dans les joints.