Pilotis, la terrasse commence à prendre vie !

Hello par ici 🙂

Ce matin, je suis allé voir les lames en douglas chez Cuche a Aïssey et j’en suis sorti convaincu. J’ai pu voir la terrasse du scieur en douglas et elle est très jolie même après 3 ans de service. Bref, le choix est fait. Ce sera donc lambourdes 6×8 cm en douglas posées sur la grosse largeur + bande bitumineuse et posées sur cales pvc. Les lames seront donc aussi faites en douglas de Franche-Comté en épaisseur 24 mm (24 €/m2). Pas de rainures du côté où l’on marchera mais en dessous pour que le bois travail moins.

Sinon, cette après midi, j’ai réceptionné la commande de matériaux pour les pilotis (976 € livrée). 5 bigs bags de mélange, 60 sacs de ciment (une palette), 15 tuyaux pvc 125 mm et 20 fers à béton 6 mm en 6m. Du coup, j’ai pu me lancer et poser en fin d’après midi (après avoir rentré les sacs de ciment dans le garage soit 1.2 tonnes) ! Le résultat est satisfaisant (voir ci-dessous)

Déchargement toujours un peu tendu car route étroite et câbles divers…

P1110485

La pose des deux premiers avec une règle de 4 m recoupée : pente de 1 % environ

P1110487

 

La suite est plus simple car les suivants de la même ligne sont de niveaux les uns par rapport aux autres

P1110488

Les 8 premiers sont là ! Le niveau des pilotis vers la fenêtre sont de – 90 mm

En effet il faut décompter 60 mm de lambourde, 24 mm de lame, 5 mm de cale pvc et 1 mm de bande étanche.

P1110489

La suite dans les jours à venir !

 Édit du 05/05/2015 : 69 plots !

Il pleut par averses orageuses, bref, y’en a marre de la pluie. Sinon pour couper les tuyaux pvc, j’utilisais une scie à métaux et un guide pour couper au mieux mais le résultat ne me satisfaisant pas j’ai opté pour l’utilisation de la disqueuse 125 avec une lame acier et ça fonctionne très bien. Je dessine le contour avec un guide (pièce de serrage de tuyau pvc) puis je découpe avec le disque. Rapide et efficace ! J’ai été embêté aussi du côté du premier regard d’eau de pluie mais en doublant les pilotis a cet endroit, cela me permettra de faire un cadre posé sur les lambourdes pour avoir accès au regard. Sinon, cela commence à prendre forme. Vivement un jour sans pluie… 😀

P1110498

P1110499

EDIT du 06/05/2015 : ça avance bien !

 

Beau temps aujourd’hui (enfin !) et entre 7 h30 et 19h30, le boulot a bien avancé. La grande terrasse est bientôt bouclée au niveau des pilotis. Demain elle sera terminée et peut être que le chemin menant à la porte d’entrée également.

P1110503 P1110506

 

Édit du 07/05/2015 : Les pilotis sont à la porte d’entrée

P1110525

 

Chape de ravoirage et suite de la palissade en bois pour le talus

Hello !

Chape liquide ciment de ravoirage

En ce lundi, la dernière ligne droite de la construction de la maison a débuté. En effet, la chape liquide ciment de ravoirage a été mise en œuvre grâce à une toupie et a des professionnels du domaine (chapistes). Pour l’occasion, j’ai posé ma journée pour ne rien louper et tout vous montrer !

 Le camion toupie 8 roues passent juste, bravo au pilote !

P1080713

La chape liquide coule et tombe dans une pompe

P1080721

 

Le chapiste coule la chape grâce à des repères de niveau

P1080723

Liquide, la chape porte bien son nom !

P1080725

Vidéo coulage de la chape

 

 

L’avantage de cette chape c’est qu’elle est auto-lissante et du coup, la pose est très rapide car il ne faut pas poser des règles pour tirer le béton. L’inconvénient du procédé est la grande quantité d’eau qui fait que le temps de séchage est important même si ici, le choix de mettre une chape liquide ciment à la place de l’anhydrite permet de gagner en temps de séchage tout en gagnant en inertie. D’après le chapiste, on compte environ 4 à 6 semaines de séchage pour la chape de 55 mm. Quelques fenêtres oscillo-battantes ont été ouvertes pour évacuer l’humidité. La chape a été posée par la société Chape25.

Suite de la palissade en bois

Étant donné que j’ai pris mon lundi, j’ai continué à bosser sur la palissade pour retenir le talus. Mais j’étais embêté à cause de la roche mère. A coup de pioche et de burineur, j’ai réussi à me frayer un chemin pour pouvoir poser les morceaux les plus hauts ( 90cm). Je n’ai plus de mélange à béton après avoir poser les 14 morceaux. J’attendrai donc de poser les pavés avant de commander 2 ou 3 big bags de mélange béton pour finir et en prévision de la terrasse bois et des bordures pavés autour de la maison.

L’arme fatale : le burineur

P1080709

 

L’arrondi bientôt terminé !

P1080733

Lundi prochain devrait être coulé la chape définitive après la pose du TMS de 100 mm pour l’isolation du sol.

@bientôt pour la suite !

Electricité + plomberie en cours

Électricité & VMC

Après le premier passage des plaquistes, c’est au tour de l’électricien et du plombier d’intervenir avant que les plaquistes reviennent pour finir de tout fermer. C’est que tout ça nécessite un peu de gestion pour que tout se passe bien. L’électricité est posée par la société Charpentier Gérald basée à Épenouse. Nous avons, au préalable de l’intervention, passé une matinée avec le patron pour penser et définir le plan électrique. Il faut dire que c’est tout de suite plus facile lorsque les cloisons sont posées. Guidés par son professionnalisme, nous avons pu penser « prises électriques », « prises réseaux RJ45 » et éclairages. Nous soulignons également le fait qu’il n’ait pas rechigné à mettre une ou deux lampes de plus ou prises qui n’étaient pas prévus dans le marché. Après le plan il ne restait plus qu’à agir et c’est chose faite. Après deux jours de boulot, la guerre des câbles est déclarée !

Alimentation au dessus de la porte pour une lampe et sonnette à droite

P1080495

Évacuation de l’humidité de notre VMC : attention à l’étanchéité !

P1080531

Passage un peu serré pour les gaines vmc : utilisation d’une gaine plate

P1080530

Des câbles, encore des câbles : place du coffret de la baie de brassage réseau

P1080529

Évacuation de l’humidité de la VMC côté exterieur

P1080517

Plomberie

En deux jours, le plombier a fait quasiment tout le travail (alimentations et évacuations des eaux). Toutes les canalisations trouvent leurs places soit au sol, soit dans les plafonds ou des encochent avaient été prévues par le constructeur Boillod. Il ne reste plus qu’à poser le bac à douche (120*80 cm), les deux wc (après la pose du parquet qui est à notre charge).

Le WC de l’étage dans la SDB masqué par une cloison ossature bois de 140*75 cm

P1080503

Évacuations et arrivées d’eau pour la SDB dans le plafond de l’entrée

P1080500

Les tuyaux ont soif ! Concentration en attente de l’alimentation

P1080499

Une fois que l’ensemble des réseaux seront tirés, une pré-chape sera mise en œuvre pour y mettre l’isolation de 100 mm (TMS). Enfin, une chape liquide ciment sera mise en place (55mm) et fera en sorte d’avoir le niveau fini. Nous viendrons, après séchage (4 à 6 semaines), poser un isolant de 4 mm en fibre de bois pour y poser notre parquet flottant Alsafloor Medina Montreal. Au départ, une chape liquide anhydrite devait être posée mais étant donné que nous n’avons pas de plancher chauffant et pour optimiser le temps de séchage, le chapiste à préconisé la chape liquide ciment ! Entre temps, nous poserons le parquet à l’étage étant donné que nous avons un plancher bois qui ne nécessite pas de séchage (que c’est bien le bois!). Ainsi, nous estimons que nous pourront rentrer dans la maison vers fin Juillet soit à peine 8 mois après le début des travaux. Nous allons ainsi déposer notre préavis de rupture de bail étant donné qu’il y a 3 mois à attendre.

 

Deuxième jardin carré et fin de la première bordure de pavés

Hello par ici,

En cette belle journée de printemps, nous avons terminé un second bac à jardin. Il ne reste plus que le troisième à fabriquer et à décider des emplacements de ces potagers carrés avant des les remplir avec la terre du jardin.

 

P1070979

P1070980Ce matin et en début d’après-midi, j’ai fini la pose de la première bordure. La pose des pavés sur le béton fini, j’ai mélangé du sable 0/4 mm avec du ciment pour faire les joints (1 dose de ciment pour 4 de sable). Posé à la truelle et à la langue de chat (petite truelle), ce joint cimenté permettra de renforcer la bordure et d’empêcher le sable du pavage central de trop se faire la malle.

Pose sur le béton terminé

P1070972
Mélange du sable avec le ciment dans la brouette

P1070973

Pose des joints ciment

P1070975

Nettoyage des joints ciment à l’aide d’eau, d’une éponge naturelle et d’une balayette

P1070976

Résultat final de la bordure

P1070977

Une belle journée qui nous a permis d’avancer comme on l’a voulu. Bientôt la fin des jardins mais pour les pavés, il reste encore facilement une semaine de boulot non stop !

@bientôt pour la suite.

Création du premier jardin carré et début de la pose des pavés anciens

I] Après la maison carrée, le jardin s’y met aussi !

Après quelques petits aménagements et la mission « bois » pour le mobilier extérieur il était nécessaire de passer à l’action ! Et c’est ainsi qu’en ce samedi, nous avons lancé nos outils à la conquête du premier jardin carré. Tout le bois est en douglas non traité. Le plan se veut simplissime. D’une hauteur de 60 cm et donc trois planches de 20 cm épaisses de 28 mm, le jardin fait 1.2*1.2 m. Quatre poteaux de section 80*60 mm viennent soutenir le tout aux angles. Pour la finition, des planches de 10 cm par 2.8 cm viennent couvrir le dessus. A l’intérieur, du plastique protège le bois et ce dernier est maintenue grâce à des agrafes fixées à l’aide d’une agrafeuse murale.

Niveau matériel, nous avons utilisé pêle mêle :

  • Une scie circulaire avec guide de coupe
  • Agrafeuse murale
  • Bâche de protection
  • Une règle, équerre (faisant office de rapporteur),mètre enrouleur
  • Perceuse – Visseuse avec embout torx
  • Vis inox 60 mm et 80 mm
  • 2 traiteaux
  • serre joints
  • Bois : Planches 20cm*2.8 cm, 10cm *2.8cm, poteau section 60/80mm

Installation du chantier : découpe des planches 20 cm

P1070953

Planches coupées avec la scie circulaire

P1070954

Prêt pour le montage de la première rangée de planche

P1070956

Montage

P1070957

Les trois rangées montées

P1070960

Ajout de la bâche de protection pour limiter le contact avec la terre

P1070964

Finition avec les planches de 10 cm et découpe des angles à 45 °

P1070965

Le premier carré terminé !

P1070968

Le travail nous a pris environ 2h30 sans forcer avec le matériel et la place qui va bien. Pour renforcer la planche de finition, nous avons ajouté des petits morceaux de poteau 60/80 mm au milieu et visé le tout. Ainsi, on peut s’assoir dessus sans que la planche ne s’affaisse.  Le résultat est à la hauteur de nos attentes. Cela fait un beau volume et les 60 cm de haut offrent une bonne accessibilité au jardin. Reste à faire la même chose pour deux autres bacs  et à planter nos légumes 🙂

II] Arrivée des pavés et début de pose de la bordure

 Nous avons beaucoup réfléchis concernant le matériau que nous allions utiliser pour faire l’allée carrossable devant notre maison. Déjà, nous avons banni les matériaux imperméabilisant et peu écologique comme le  goudron et autres enrobés. Ainsi, nous avons convenu que le pavage avec de la pierre naturelle serait notre choix. Ce genre de pavé comme le granit 10*10 cm coûte relativement cher. Avec quelques recherches sur Leboncoin pour ne pas le citer, nous avons trouvé environ 60 m² de vieux pavés de ville pour un prix très correct. Maintenant, ce sont des pavés ayants une dimension d’environ 15*15*20 cm ce qui rend la mise en œuvre assez fastidieuse. Doucement mais sûrement, nous devrions y arriver !

14 tonnes de pavés à poser, qui nous donne un coup de main pour la pose ? 😀

P1070939

Pose du cordeau au bon niveau et décaissage

P1070940

Préparation du béton (1 seau de ciment pour 5 seaux de mélange à béton 0/16 et de l’eau)

P1070942

  Après quelques minutes de travail, tadaa, la belle bordure !

P1070950

La pose du cordeau a été effectué avec comme niveau finale la hauteur de l’entrée du garage. J’ai tendu ce cordeau avec deux fers à béton. Ensuite, j’ai creusé dans les graviers sur environ 30 cm, posé un lit de béton et posé les pavés à la limite du cordeau. La partie extérieure du pavage voit arriver ce que l’on nomme un solin en béton qui tiendra l’ensemble. Côté intérieur, pas de solin car il serait alors impossible de poser le pavage central qui sera lui posé sur un lit de sable concassé 0/4mm. De temps en temps, je regarde si les pavés sont bien positionnés avec une règle de 2 m. Le placement des pavés dans le béton se fait souvent avec un gros maillet mais je le fais avec une massette. Les joints des bordures seront fait à l’aide d’un sable mélangé à du ciment alors que les joints du reste du pavage seront comblés par un sable concassé 0/4.

En conclusion, il y a du boulot en perspective mais le résultat devrait être à la hauteur des efforts consentis ! L’utilisation de genouillères est fortement recommandé. Niveau outillage j’ai utilisé un seau, une pelle, une pioche, une truelle ainsi qu’un niveau, une règle de 2 m, un cordeau, une massette, du ciment et du mélange béton 0/16 et de l’eau. Pour la pose des joints ciment, j’utiliserai une truelle langue de chat, une éponge et une balayette spéciale maçon. Dosage du béton 350 kg : 4 seaux de mélange béton 0/16 + 1 seau de ciment + eau. Pour les joints : 3 seaux de sable 0/4 pour un seau de ciment avec l’eau nécessaire pour que l’ensemble se place bien et tienne dans les joints.