Deuxième jardin carré et fin de la première bordure de pavés

Hello par ici,

En cette belle journée de printemps, nous avons terminé un second bac à jardin. Il ne reste plus que le troisième à fabriquer et à décider des emplacements de ces potagers carrés avant des les remplir avec la terre du jardin.

 

P1070979

P1070980Ce matin et en début d’après-midi, j’ai fini la pose de la première bordure. La pose des pavés sur le béton fini, j’ai mélangé du sable 0/4 mm avec du ciment pour faire les joints (1 dose de ciment pour 4 de sable). Posé à la truelle et à la langue de chat (petite truelle), ce joint cimenté permettra de renforcer la bordure et d’empêcher le sable du pavage central de trop se faire la malle.

Pose sur le béton terminé

P1070972
Mélange du sable avec le ciment dans la brouette

P1070973

Pose des joints ciment

P1070975

Nettoyage des joints ciment à l’aide d’eau, d’une éponge naturelle et d’une balayette

P1070976

Résultat final de la bordure

P1070977

Une belle journée qui nous a permis d’avancer comme on l’a voulu. Bientôt la fin des jardins mais pour les pavés, il reste encore facilement une semaine de boulot non stop !

@bientôt pour la suite.

Coulage de la dalle et connexion de l’assainnissement

Bonjour ! Quelques petites photos pour vous montrer l’avancement des travaux. Les terrassiers et maçons de Jeunot Tp sont toujours aussi efficaces. Ainsi, hier, ils ont mis en place de la ferraille sur la dalle pleine après avoir damé le gravier venant remplir le vide d’air. Ensuite, un coffrage a été mis en place tout autour. Ces planches permettront de retenir le béton tout en aidant la mise à niveau de ce dernier. Côté garage, des règles ont été placées pour créer des pentes vers le petit regard central. Ainsi, lorsque l’on ramènera de l’eau à cause de la pluie et de la neige, l’eau trouvera d’elle même son chemin vers le puits perdu (qui n’est pas encore fait). La température était bonne aujourd’hui (env. 6 degrés et ce soir il fait 4 degrés) ce qui est très bien pour la bonne prise du béton qui n’aime ni le chaud ni le froid. Il aura fallu une toupie et demi pour couler la dalle en une seule fois. Cette dernière mesure environ 16 centimètres. Il est à noter qu’une drain a été placé sur la partie de la maison accueillant la plus grande pente pour envoyer le surplus d’eau vers le puits perdu.

Préparation pour la dalle béton : travail sur les pentes côté garage

DSC_0317

Dalle depuis l’entrée

P1070439

Dalle coulée : on se rapproche côté garage

P1070445

Dalle pleine versus vide sanitaire

Souvent, un vide sanitaire est créé pour un terrain en pente comme le nôtre (pente moyenne) ou sur un terrain humide. Parfois, un sous so) est mis en œuvre mais au final, un sous-sol n’est qu’un grand vide sanitaire. Un vide sanitaire a un gros avantage : c’est celui de pouvoir modifier, réparer les réseaux d’évacuations ou autres réseaux en vous faufilant dedans. Ceci est possible à partir d’une certaine hauteur (environ 3 ou 4 agglos de hauteur soit 60 à 80 cm). En dessous de 3 ou 4 agglos, on parle de vide d’air et ce vide d’air n’est donc pas visitable. Ainsi, si un vide sanitaire est crée, le constructeur doit prévoir une trappe d’une surface minimum de 60 cm². Voilà pour l’avantage principal. Maintenant, l’inconvénient c’est qu’un vide sanitaire doit être ventilé (pour évacuer humidité et gaz nocifs tel le radon). De ce fait, de l’air extérieur est rapporté en dessous de votre maison. En hiver, l’air froid ne cesse de circuler en dessous de la dalle et va immanquablement transmettre du froid à la dalle. D’ailleurs une maison passive ne pourra quasiment jamais atteindre le label avec un vide sanitaire.

Le dalle pleine gomme l’inconvénient du vide sanitaire car la zone vide est remplie de cailloux compacté. Ceci évite donc le besoin de ventiler et offre surtout une meilleure inertie à la maison car la maison est en contacte avec le sol. L’isolation chez nous sera complété par un TMS de 100 mm au dessus de la dalle (Résistance thermique de 4.65). Une chape liquide viendra parfaire le tout plus tard. Il ne reste plus qu’a espérer qu’il n’y ait pas de soucis de réseaux mais d’après le terrassier et un architecte (que nous avions rencontré lors de nos recherches sur les maisons), cette solution est sans risque. L’avenir nous le dira ! 🙂 En tout cas avant de couler, nous avons bien vérifié que toutes les évacuations et les gaines (edf, eau et télecom,arrivée d’air du poêle) étaient bien présentes !

Dalle sous l’angle Est : on en mangerait presque !

P1070448

Après le coulage de la dalle, c’était au tour du réseau « assainissement » d’être mis en place depuis la sortie de la maison jusqu’au tuyau d’assainissement des voisins. Un coude en forme de Y a été collé au réseau existant pour nous permettre de nous raccorder dans les règles de l’art. Ensuite, deux regards (un en limite et un à la sortie de la maison) permettront la maintenant de ce réseau si nécessaire. Cette solution avait été validée par le technicien assainissement de la ville de Besançon et avec l’accord des voisins. Concernant les autres réseaux : l’eau va être mise en œuvre par véolia (depuis le réseau de la route + mise en place d’un regard à – 1 mètre de profondeur), l’électricité par ERDF (mise en place d’un coffret en limite de terrain) et le télécom par Orange. Pour le téléphone et l’Internet, nous poserons un regard béton 30*30 cm sur 60 cm de haut en bordure de limite pour pouvoir faire la maintenant et tout simplement pour respecter la norme de France Télécom.

Raccordement à l’assainissement via un coude en « Y »

P1070438

 

 

Pose des réseaux et remplissage du vide d’air pour créer la dalle

Avant de remplir le vide d’air créé avec 4 rangées d’agglos sur le garage et 2 rangées pour la maison, Jeunot TP a mis en œuvre les réseaux d’évacuations des eaux usées. On remarque l’évacuation du garage ci-dessous mais aussi du WC du bas, de la cuisine, de la buanderie et de la douche et du WC du haut. Il ne faut pas oublier également la prise d’air pour le poêle à bois car après, il sera trop tard ! La technique utilisée pour récupérer ces eaux usées a été de créer un réseau traversant la maison sur lequel les autres réseaux viennent se greffer. La sortie générale va ensuite se jeter dans l’assainissement collectif ou un regard permettra une visite en cas de besoin. Concernant l’assainissement collectif, la commune oblige les nouvelles constructions de s’y raccorder et demande une taxe de raccordement à l’égout qui peut-être plus ou moins salée. Ici, elle s’élève à 1600 €. Au préalable, nous avions contacté la mairie car elle est en régie sur l’assainissement mais d’un point de vue technique, il s’agit de Besançon qui s’en occupe. Un technicien s’est déplacé gratuitement pour trouver les solutions possibles. Au final, nous nous raccorderons sur le réseau du voisin afin d’éviter un percement du réseau principal et donc des frais supplémentaires.

La pose des réseaux d’évacuations en cours

P1070436

Réseaux d’évacuations des eaux usées et enduit hydrofuge sur les agglos

P1070434

Prise d’air du poêle à bois contura 54 t et enduit hydrofuge

P1070433

Le réseau d’évacuation des eaux usées est terminé. L’entreprise va donc procéder au remplissage du vide d’air avec des graviers qui seront damés. Ensuite, un coffrage viendra se positionner sur les agglos  et une toupille viendra couler la dalle ! Un temps de séchage d’environ un mois sera nécessaire pour pouvoir avoir une bonne solidité de la dalle. Le timing est bon car la maison devrait être posée mi-janvier et la dalle finie vendredi 6/12/13. Petite aparté sur la propreté du chantier qui est vraiment nickel et ça, c’est vraiment plaisant car après avoir lu nombre de récit de construction, c’est rarement le cas. On apprécié fortement !