Plantations et paysagisme

Hello par ici,

Cela fait un petit moment que je ne donne plus de nouvelles mais les grands week-end sont synonymes de repas familiaux et du coup le jardin n’avance pas 😀 Mais je vais me rattraper ce week-end car je vais bosser 4 jours dessus. Concernant la maison cela avance bien l’électricité est quasi terminé. Du coup le chef de chantier m’a contacté pour me dire qu’il fait intervenir les plaquistes pour le bas afin que l’on puisse couler la chape le plus rapidement possible car son séchage conditionne la suite (notamment la pose du parquet que nous allons faire).

Plantations again !

On avait fait déjà une belle plantation il y a peu pour créer nos haies libres à base de végétaux assez rares. Même si notre terrain fait 600 m² avec la maison, il y a de quoi planter lorsque l’on est passionné de paysagisme. Ainsi, nous avons profité d’une belle réduction (50% sur toute une pépinière de Besançon) pour acheter quelques beaux spécimens. Sur le lot, on signalera les deux très beaux fruitiers conduits en palmettes verrier. Il s’agit d’un poirier conférence et d’un pommier Jonagold. En fond de jardin, cela permet de cacher le vis à vis tout en permettant d’espérer des fruits les années futures. Pour palisser ces fruitiers et deux vignes aux extrémités (Italia et Philipp), nous allons bétonner deux poteaux 6*8 cm avec un espace de 4 mètres et nous tirerons 3 câbles inox (mêmes câbles que pour le fil à linge). Pour la plantation des fruitiers, on procède à un pralinage et on plante avec un mélange de terreau et de terre du jardin. A noter que l’on est un peu tard en saison pour la plantation en racines nues mais espérons que tout se passe bien !

Des beaux spécimens de végétaux en achat malin

P1080598En plus des deux palmettes verrier, nous avons acquis un cerisier japonais pleureur pour l’entrée, un beau cornouiller rouge, un érable japonais et un weigélia marginés de blanc, une lavande papillon et encore deux ou trois beaux autres spécimens 🙂

Les palmettes verrier plantées

P1080603

Jardinage et cie

Quelques petites plantations sur le talus mais une agapanthe dans un pot de fleur étant donné qu’il fait un peu froid pour la mettre en pleine terre. J’ai également mis une barre inox sur le fil à linge afin de permettre l’accrochage de cintres sur celui-ci. Le jardin commence à nous offrir les premiers radis et bientôt de la salade (roquette) et des épinards ! FLo a mis en place de jolies étiquettes pour reconnaître les légumes. A noter que j’étiquetterai également tous les arbustes et fleurs du jardin un peu comme un jardin botanique 😀

Le gazon commence à prendre sa place

P1080591

Radis et étiquettes

P1080605

Amélioration du fil à linge : Barre inox pour les cintres

P1080600

L’agapanthe dans son pot

P1080607

Début d’un autre grand chantier extérieur : La bordure en poteaux de douglas 10*20 cm pour retenir le talus

Étant donné que j’attends une période assez longue sans intervention du constructeur ou des artisans, j’ai lancé le chantier « bordure du talus » ! Un autre joli bébé qui permettra de retenir la terre du talus afin qu’elle ne tombe pas sur notre future terrasse bois. La terrasse bois couvrira les deux baies vitrées de l’angle (4*3.5 m) et fera le tour de la maison tout en étant désolidarisée de celle-ci afin d’éviter un pont thermique.  J’ai donc commencé à creuser mais je suis tombé sur de jolies pierres/roches que j’ai du casser a la massette + burin + masse et pioche. J’espère poser une bonne partie ce week-end. Les poteaux seront fixés dans le béton et la hauteur des poutres sera faite selon la hauteur du talus. J’ai hâte de voir le résultat. A noter qu’un escalier sera mis en œuvre (sûrement en bois aussi) afin de permettre de monter de le terrasse vers le haut du terrain.

On trace avant de creuser (3.5 m de la maison)

P1080593

Et puis on demande au voisin de creuser… ah bah non

P1080608

Le truc c’est que parfois on tombe sur ça…

P1080609La suite très bientôt !

Fin du gazon et préparation du talus pour le semis des fleurs méllifères

Bonsoir 🙂

Petit jour de congé pour avancer sur le jardin. Après la fin des bordures, voici le gazon qui se termine non sans quelques courbatures (pour le jardinier). En effet, j’ai envie d’un beau gazon pour notre déménagement et pour pour pouvoir en profiter cet été. Ainsi, le croc de jardinier a de nouveau frappé…contre le sol ! Voyez par vous même.

La montée était solide comme un roc : labourage en cours

P1080320

Sol préparé et ratissé

P1080321

Gazon semé et roulé

P1080323

J’ai profité de la belle journée pour préparer le talus. Il y sera semé d’un mélange de fleurs annuelles dites « mellifères » (càd qu’elles attirent les abeilles). Un voisin au loin possède des ruches et nous espérons bien nourrir les petites en échange d’une bonne pollinisation de nos fruitiers et légumes 🙂

Talus délimité et préparé derrière le figuier

P1080324

Le talus prêt tout autour de la terrasse

P1080327

Quoi de neuf sinon ? Eh bien, le plaquiste doit commencer lundi (enfin du nouveau) et nous espérons que la suite sera plus fluide entre les différents corps de métier. Pour le dossier de fond litigieux que nous entretenons avec ERDF concernant le câble sans servitude passant au dessus de chez nous (et déplacé temporairement), nous devrions recevoir un courrier pour savoir si enfin ERDF a bien pris en compte que nous ne voulons pas que ce câble passe encore au dessus de notre terrain. Un article complet paraîtra à la fin de cette histoire houleuse…

@bientôt pour la suite !

Le jardin aura ma peau :D

Hello !

L’été se décidant d’arriver avant l’heure, j’ai posé une journée de congé pour avancer…sur le jardin, eh oui ! Plusieurs missions dans la même journée mais sous ce soleil un peu voilé, quoi de mieux quand on aime jardiner d’être dans le jardin. Bon il est vrai que de préparer le sol manuellement pour le gazon n’a rien d’épanouissant mais cela à l’avantage de faire faire son sport ou à défaut, de choper des ampoules aux mains. Quoi qu’il en soit, j’ai commencé ce matin par la préparation du sol pour la suite du gazon. J’ai donc fait de mon mieux pour casser les grosses mottes de terre avec un croc de jardin et dire que c’est crevant est faible ! Puis, je me suis aussi attaqué au massif le long du grillage face route, délimiter le massif du talus et le massif le long du grillage côté sud (jardin).

Pour finir sur une note plus tranquille, j’ai posé deux câbles inox sur le fil à linge pour pouvoir faire grimper un chèvre feuille et une clématite ! Enfin, j’ai planté un jasmin d’hiver (Jasminum nudiflorum) mais aussi un Elaeagnus ebbingei ‘Viveleg’ et notre chouchou, un Figuier (Ficus carica  ‘Pastilière’), bref, sacrée journée ! Une grosse commande de végétaux sympas a été passée, on devra recevoir tout ça dans quelques jours et le jardin va alors se révéler !

Un boulot de forcené : préparation du sol au croc à jardin pour le gazon

P1080271

Ratissage effectué

P1080279

 

Gazon semé et roulé

P1080282

Le massif côté nord préparé

P1080270

Le Figuier Pastilière planté au sud : le chouchou

P1080285

Elaeagnus : belles feuilles persisantes

P1080288

Jasmin d’hiver (floraison jaune en hiver à palisser)

P1080289

Fil à linge : optimisation pour tendre deux câbles et faire grimper chèvre feuille et clématite

P1080293

Clématite et chèvre feuille (couvrir le pied de la clématite et la planter penchée)

P1080292

Pour le placo, le chef de chantier m’a annoncé la date du 14 avril, nous trouvons ça un peu poussif sachant qu’il devait commencer cette semaine mais que voulez-vous, les artisans ne sont pas toujours dispo. On attendra patiemment…

Isolation, pare vapeur et gazon !

Isolation en laine de bois

Suite à la mise hors d’air de notre maison à toit plat, l’équipe Boillod a de suite commencée à poser la laine de bois dans les murs, le plafond de l’étage et les murs de refends. En visitant le chantier, j’ai fait remonter un souci sur la laine de bois qui était posée. En effet, nous avions demandé de la sylvactis 55 fx avec un lambda de 0.036 et c’est de la steico flex qui était mise en oeuvre (lambda de 0.038). Ainsi, on se retrouvait avec une isolation théorique un peu moins bonne (notamment un R de 4.7 au lieu de 5). Petit cafouillage mais nous resterons tout de même sur cette steico qui a l’avantage d’être certifiée ACERMI contrairement à l’Actis. Ainsi, nous sommes sûr de la qualité et nous allons devoir signer un avenant au contrat pour que tout soit ok entre nous et le constructeur. Ainsi, une laine de 180 mm est posée dans les murs, 100 mm dans les murs de refends et 200 mm dans les plafonds. Sur le toit, cette isolation est complétée par les 100 mm de polyuréthane sur les solives du toit. Ainsi, nous sommes proche d’un R de 10 sur le toit. Étant donné que c’est le toit qui perd beaucoup de chaleur, il est nécessaire de sur-isoler.

Caractéristiques de la laine de bois steico flex

DSC_0101

Laine de bois dans les murs

P1080130

Laine de bois steico flex 200 sur le plafond

P1080139

Comme vous le remarquez, nous avons opté pour la laine de bois car il s’agit d’un matériau écologique et renouvelable. Nous ne voulions pas de laine de roche ou de verre pour les doutes sur la santé que ces laines apportent. En outre, la laine de bois possède un avantage certain sur les laines. Cet avantage se nomme « déphasage ». Sous ce terme barbare se cache la durée que met la chaleur à traverser le matériau et en découle le confort d’été. En effet, l’idée est de réduire la vitesse de pénétration de la chaleur pour que cette dernière arrive tard en journée, lorsqu’il fait assez frais pour pouvoir ouvrir les fenêtres. Et dans ce domaine la laine de bois est très performante ! A noter que nous utiliserons également de la laine de bois pour les cloisons placo.

Un peu de ouate de cellulose ?

Pour compléter la laine de bois dans des zones peu accessibles, il a été décidé d’insuffler un peu de ouate pour remplir les caissons des acrotères et ainsi dépasser la hauteur du polyuréthane du toit. Ainsi, ce pont thermique a été supprimé et nous devrions être au chaud durant les hivers les plus rigoureux! La machine à insuffler la ouate NR GAIA a permis de faire ça rapidement après une découpe en crois du pare vapeur.

Machine à insuffler la ouate de cellulose

P1080161

Les trous pour insuffler la ouate dans les acrotères

P1080138

Caractéristiques de la ouate nr gaia

P1080164

La ouate (du papier recylé)

P1080171

Pare vapeur troué et rebouché par du scotch spécifique après remplissage de ouate

P1080185

Place au pare vapeur

Suite à la pose de la laine de bois, l’équipe s’est mise à poser le pare vapeur pour que la maison soit la plus étanche possible. Il s’agit d’un tissu qui étanchéifie la maison tout en laissant passer la vapeur pour l’évacuer à l’extérieur. Ici, la pose du produit Aerovap SD 18M permet cette étanchéitié. C’est un travail qui demande du temps et de la minutie car il faut scotcher tous les morceaux. Lundi, un premier test d’étanchéité sera effectué par l’équipe Boillod pour détecter les fuites et les corriger. Pour détecter ces dernières, la maison sera mise en surpression et en dépression et de la fumée mettra en avant les problèmes. Du travail de qualité, rien à dire !

Pare vapeur Aerovap d 18m

P1080124

Le pare vapeur emballe notre maison

P1080184

Étanchéité du conduit de fumée

P1080189

Gazon : le combat du motoculteur face à la terre

Voyant que le beau temps n’allait pas durer, j’ai loué un petit motoculteur pour commencer la mise en place du gazon. En ce jour de printemps et sous le soleil, j’ai pas mal lutté contre notre terre qui avait durcie et formée une croute épaisse. Après une journée de travail, le résultat est quand même là et la pluie du week-end devrait faire germer la belle.

Le motoculteur rebondit sur la terre

P1080157

Premier gros morceau de fait côté jardin

P1080174

               Autre secteur terminé (semé, roulé)

P1080193

La plaque « Boillod Construction » est apparue (nous avions donné notre accord et en plus elle est belle 🙂 )

P1080166