Deuxième jardin carré et fin de la première bordure de pavés

Hello par ici,

En cette belle journée de printemps, nous avons terminé un second bac à jardin. Il ne reste plus que le troisième à fabriquer et à décider des emplacements de ces potagers carrés avant des les remplir avec la terre du jardin.

 

P1070979

P1070980Ce matin et en début d’après-midi, j’ai fini la pose de la première bordure. La pose des pavés sur le béton fini, j’ai mélangé du sable 0/4 mm avec du ciment pour faire les joints (1 dose de ciment pour 4 de sable). Posé à la truelle et à la langue de chat (petite truelle), ce joint cimenté permettra de renforcer la bordure et d’empêcher le sable du pavage central de trop se faire la malle.

Pose sur le béton terminé

P1070972
Mélange du sable avec le ciment dans la brouette

P1070973

Pose des joints ciment

P1070975

Nettoyage des joints ciment à l’aide d’eau, d’une éponge naturelle et d’une balayette

P1070976

Résultat final de la bordure

P1070977

Une belle journée qui nous a permis d’avancer comme on l’a voulu. Bientôt la fin des jardins mais pour les pavés, il reste encore facilement une semaine de boulot non stop !

@bientôt pour la suite.

Création du premier jardin carré et début de la pose des pavés anciens

I] Après la maison carrée, le jardin s’y met aussi !

Après quelques petits aménagements et la mission « bois » pour le mobilier extérieur il était nécessaire de passer à l’action ! Et c’est ainsi qu’en ce samedi, nous avons lancé nos outils à la conquête du premier jardin carré. Tout le bois est en douglas non traité. Le plan se veut simplissime. D’une hauteur de 60 cm et donc trois planches de 20 cm épaisses de 28 mm, le jardin fait 1.2*1.2 m. Quatre poteaux de section 80*60 mm viennent soutenir le tout aux angles. Pour la finition, des planches de 10 cm par 2.8 cm viennent couvrir le dessus. A l’intérieur, du plastique protège le bois et ce dernier est maintenue grâce à des agrafes fixées à l’aide d’une agrafeuse murale.

Niveau matériel, nous avons utilisé pêle mêle :

  • Une scie circulaire avec guide de coupe
  • Agrafeuse murale
  • Bâche de protection
  • Une règle, équerre (faisant office de rapporteur),mètre enrouleur
  • Perceuse – Visseuse avec embout torx
  • Vis inox 60 mm et 80 mm
  • 2 traiteaux
  • serre joints
  • Bois : Planches 20cm*2.8 cm, 10cm *2.8cm, poteau section 60/80mm

Installation du chantier : découpe des planches 20 cm

P1070953

Planches coupées avec la scie circulaire

P1070954

Prêt pour le montage de la première rangée de planche

P1070956

Montage

P1070957

Les trois rangées montées

P1070960

Ajout de la bâche de protection pour limiter le contact avec la terre

P1070964

Finition avec les planches de 10 cm et découpe des angles à 45 °

P1070965

Le premier carré terminé !

P1070968

Le travail nous a pris environ 2h30 sans forcer avec le matériel et la place qui va bien. Pour renforcer la planche de finition, nous avons ajouté des petits morceaux de poteau 60/80 mm au milieu et visé le tout. Ainsi, on peut s’assoir dessus sans que la planche ne s’affaisse.  Le résultat est à la hauteur de nos attentes. Cela fait un beau volume et les 60 cm de haut offrent une bonne accessibilité au jardin. Reste à faire la même chose pour deux autres bacs  et à planter nos légumes 🙂

II] Arrivée des pavés et début de pose de la bordure

 Nous avons beaucoup réfléchis concernant le matériau que nous allions utiliser pour faire l’allée carrossable devant notre maison. Déjà, nous avons banni les matériaux imperméabilisant et peu écologique comme le  goudron et autres enrobés. Ainsi, nous avons convenu que le pavage avec de la pierre naturelle serait notre choix. Ce genre de pavé comme le granit 10*10 cm coûte relativement cher. Avec quelques recherches sur Leboncoin pour ne pas le citer, nous avons trouvé environ 60 m² de vieux pavés de ville pour un prix très correct. Maintenant, ce sont des pavés ayants une dimension d’environ 15*15*20 cm ce qui rend la mise en œuvre assez fastidieuse. Doucement mais sûrement, nous devrions y arriver !

14 tonnes de pavés à poser, qui nous donne un coup de main pour la pose ? 😀

P1070939

Pose du cordeau au bon niveau et décaissage

P1070940

Préparation du béton (1 seau de ciment pour 5 seaux de mélange à béton 0/16 et de l’eau)

P1070942

  Après quelques minutes de travail, tadaa, la belle bordure !

P1070950

La pose du cordeau a été effectué avec comme niveau finale la hauteur de l’entrée du garage. J’ai tendu ce cordeau avec deux fers à béton. Ensuite, j’ai creusé dans les graviers sur environ 30 cm, posé un lit de béton et posé les pavés à la limite du cordeau. La partie extérieure du pavage voit arriver ce que l’on nomme un solin en béton qui tiendra l’ensemble. Côté intérieur, pas de solin car il serait alors impossible de poser le pavage central qui sera lui posé sur un lit de sable concassé 0/4mm. De temps en temps, je regarde si les pavés sont bien positionnés avec une règle de 2 m. Le placement des pavés dans le béton se fait souvent avec un gros maillet mais je le fais avec une massette. Les joints des bordures seront fait à l’aide d’un sable mélangé à du ciment alors que les joints du reste du pavage seront comblés par un sable concassé 0/4.

En conclusion, il y a du boulot en perspective mais le résultat devrait être à la hauteur des efforts consentis ! L’utilisation de genouillères est fortement recommandé. Niveau outillage j’ai utilisé un seau, une pelle, une pioche, une truelle ainsi qu’un niveau, une règle de 2 m, un cordeau, une massette, du ciment et du mélange béton 0/16 et de l’eau. Pour la pose des joints ciment, j’utiliserai une truelle langue de chat, une éponge et une balayette spéciale maçon. Dosage du béton 350 kg : 4 seaux de mélange béton 0/16 + 1 seau de ciment + eau. Pour les joints : 3 seaux de sable 0/4 pour un seau de ciment avec l’eau nécessaire pour que l’ensemble se place bien et tienne dans les joints.

En attendant la suite…un petit peu de « jardinage »

Bonjour ou bonsoir à tous,

En attendant la suite de notre construction qui devrait reprendre la semaine prochaine, voici quelques photos de ce que nous avons fait dans notre jardin.

I] Aménagement d’une zone pour reculer avec la voiture depuis le garage

Depuis notre garage, nous devons reculer pour rejoindre la route. Côté pratique, on a déjà fait mieux. Ainsi, nous avons opté pour l’agrandissement de notre parking pour pouvoir faire un demi-tour. On a donc dessiné ce demi-tour ainsi que le futur jardin Japonais… Pour le demi-tour, ça passe juste avec notre Clio 3 car la porte de garage ne fait que 2.4 m de large…mais avec un peu de pratique ce sera parfait. Au pire, il faut s’y prendre en deux temps et pour les plus réticents, il sera toujours possible de faire tout en marche arrière :p !

On a donc commencé par décaisser le tout-venant 0/31.5 en trop le long du grillage (posé par le voisin sans notre accord…alors que posé en mitoyenneté et ayants un droit de passage jusqu’au poteau ERDF…) .

Décaissage du surplus de tout venant le long du grillage (emplacement d’une future haie libre)

P1070923_modif

On pensait décaisser que la partie en terre mais en creusant, on s’est aperçu que sur ce secteur, il y avait seulement quelques centimètres de tout venant. Étant donné que nous souhaitons poser des pavés anciens (article à venir !) ayants comme hauteur 15 cm, il nous faut reprendre toute cette zone pour que les fondations soient solides. La voiture aurait tôt fait d’enfoncer les pavés s’il n’y avait pas un minimum de fondation. Par chance, notre sol est très porteur (calcaire) mais le décaissage se fera sur 30 cm avec, en fond, un géotextile. Nous laisserons ensuite 10 cm de tout venant damé, 5 cm de sable et les 15 cm des pavés. Le géotextile permet de séparer le gravier de la terre tout en laissant passer l’eau. Il en résulte un meilleur maintient de la fondation car le gravier ne s’enfonce pas dans la terre. Il faudra réitérer cette mission ailleurs car seule l’allée principale a été traitée avec plus de 30 cm de tout-venant… 😀 Quelques coups de pioche en perspective… 😀

Et on creuse ! La pioche est ton amie (pas pour le dos 😀 )

P1070928

– 30 cm, ouf, pose du géotextile

P1070931

Mise en place du tout venant (ouah la belle place !)

P1070932_modifie

II] « Mission » bois et copeaux pour les futurs bosquets

Cela faisait déjà un petit moment que nous pensons à notre jardin et que nous nous documentons sur les jardins potagers en carrés. Quoi de plus normal me diriez-vous pour une maison carrée ? En effet, mais outre la ressemblance, nous avions envie de cultiver nos propres fruits et légumes. Et tant qu’à faire, autant que ce soit facile et agréable.  C’est aussi pour cela que nous avons choisis une maison et non un appartement. ! Ainsi, nous avons réfléchis à des plans tout comme notre lit. Pour optimiser la commande chez notre scieur de Bois (Cuche à Aïssey dans le Doubs), nous avons aussi conceptualisé un banc avec deux bacs à fleurs pour le soutenir, un étendoir à linge extérieur et une tête de lit ! Tous le bois est en Douglas (sauf pour les planches de la tête de lit qui sont en sapin). Le douglas est adapté à l’extérieur (classe 3 naturellement). La couleur rosé de ce bois est en plus assez sympa. D’ailleurs, on fera peut-être la terrasse avec cet essence de bois. Bref, après une mission des plus folles avec un utilitaire de chez Super U, nous avons rapporté un joli butin avec un rapport qualité/prix imbattable. Les plans des différents meubles extérieurs feront l’objet d’un article 🙂 Le prix pour la fourniture de ce bois ; 240 € non livré. Prix de la location : 50 € pour la demi journée et 90 km.

 Planches, poteaux, tout est là, »y’a pu qu’à » !

P1070934

Et comme nous souhaitions encore optimiser le voyage et la location (eh oui on est des fous !), nous avons ramené dans nos souliers, euh, notre camionnette, 2 mètres cubes de copeaux de bois pour couvrir nos futurs bosquets et nos buissons isolés. En plus de rendre joli l’ensemble, cela empêchera la pousse de l’herbe ! Prix : 28€/m3.

Les copeaux qui se déplacent bien avec notre nouvelle brouette (Haemmerlin 120 l « étroite ») et la pelle à neige signée Leborgne

P1070933

Tout le monde au sec en attendant la suite !

P1070936

Installation du compost et branchement à l’eau potable

Installation du compost

En ce dimanche, le soleil était de retour et nous en avons profité pour aller poser le compost que nous avions commandé et acquis pour 16 € auprès du syndicat mixte s’occupant du traitement des déchets (sybert). Nous applaudissons la démarche. Pour les personnes en appartement, il est aussi possible d’avoir un lombricomposteur. Une belle boite où ce sont les vers de terre qui font le boulot !  Pour le prix demandé, c’est donné surtout qu’un bac en plastique est vendu avec pour pouvoir stocker les restes de nourriture compostable dans sa cuisine avant d’emmener le tout dans le bac de temps en temps. Ce bac, nous l’avons bien-sûr pris en bois autoclave et d’un volume de 600 litres. Il a trouvé une place temporaire en haut de la parcelle car le bois prends actuellement sa place. Le montage rapide et facile a été un peu consolidé à l’aide de quelques vis. Grâce à ce bac, nous allons faire des économies car nous payons les poubelles à partir du poids (et le nombre de levée) que nous mettons et nous savons tous que les épluchures et autres produits compostables sont très lourd car possédant beaucoup d’eau. Outre le fait de faire des économies, composter c’est aussi bon pour son jardin et la planète !

Et voilà le travail !

Les deux planches du devant s’enlèvent pour récupérer la terre après transformation

P1070543

 

Une trappe au dessous permet de remplir le compost facilement

P1070549

La fente devant permet une bonne ventilation

Eau potable

Pour qu’une maison soit habitable, il vous faut bien-sûr l’eau potable. Dans la commune où nous construisons, c’est Véolia, une entreprise privée qui détient le contrat d’exclusivité. Le fait que ce soit une société privée qui gère l’eau potable et qui n’est pas là pour faire une service public mais pour faire de l’argent. Cet état de fait ne nous convient pas mais nous devons bien nous plier à ce dictat et financer 1890 € pour 10 mètres de tranchées, un regard et le compteur afin d’avoir le Graal. Pour ce genre de travaux, il faut faire une DICT (Déclaration d’Intention de Commencement de Travaux) car les travaux se trouvent aussi sur la voie publique. Le tout a été raccordé au réseau préalablement posé par Jeunot TP et à ce jour, tout semble prêt à fonctionner. Le boulot a été plutôt bien fait par Véolia et l’entreprise de terrassement même si le goudron sur la route n’a pas été fait par manque de temps et que le tout venant n’a pas été damé en plus d’être mal remis… Avant de payer le reste de la facture, nous exigerons la réfaction du goudron de la route.

Au final, nous sommes content car après l’assainissement, la pose du regard télécom, c’est au tour de l’eau potable d’être terminée. Il reste bien-sûr le meilleur pour la fin, l’électricité au travers du bien nommé ERDF qui traine des pieds pour nous déplacer cette ligne basse tension illégale qui gêne notre construction. Par-contre, ils n’ont pas trainé pour encaisser les 50% du coût du futur compteur électrique… Concernant le câble, nous devions avoir un courrier pour connaître leur prise de décision définitive cette semaine mais la promesse n’a pas été tenue. J’essayerai d’avoir le chef lundi pour savoir si la lettre a bien été envoyée (la grève de la poste jeudi n’a peut-être pas aidé mais enfin…). Si nous n’avons rien la semaine prochaine, nous serons obligé de déposé un référé devant la justice (procédure d’urgence) pour faire déplacer ce câble empêchant la construction de notre maison. Pour rappel, la maison en morceau doit arriver mi-janvier 2014 et montée en une semaine! Bien-sûr, notre assistance juridique chez Aviva contient une clause d’exclusion si votre problème juridique a un rapport à la construction…super d’exclure les grands projets de la vie. Nous changerons d’assurance pour la maison et la voiture. Nous opterons peut-être pour la MAIF.

Photos de l’eau potable, chantier, regard et compteur

Joli trou dans la route pour se connecter au réseau principal d’eau potable

P1070521

Regard d’eau potable en plastique

P1070525

Le regard d’eau potable ouvert

P1070537

Compteur d’eau protégé par du polystyrène

P1070541