Place au ratissage !

Hello par ici 🙂

Nous avons pré-réceptionné notre MOB avec le chef de chantier vendredi matin. Quelques petites réserves notées sur un papier et signé et quelques instants plus tard nous avions les clés de chantier pour bosser les parties que nous nous sommes réservées. Et du boulot il y en a un peu. En effet, nous nous sommes réservé les peintures et donc le ponçage des joints et le ratissage (que je ne pensais pas faire !) mais aussi les sols, la cuisine la faïence, les placards et la déco !

Pour être logique, j’ai donc commencé par l’atelier peinture. Mais avant de peindre, il y a bien des choses à faire. Il faut commencer par poncer les bandes du placo avec un grain 100/120. J’ai investit dans la cale à poncer de chez wolfcraft et elle est géniale. J’ai d’ailleurs tout poncé avec cette dernière bien que possédant une ponceuse excentrique. C’est plus précis et cela fait moins de poussière et ça fait les bras 😀 ! Suite au ponçage, on passe à la mise en place de l’enduit de finition. En effet, à mon grand étonnement, le placo n’est pas prêt à peindre et il est nécessaire de l’enduire avec un enduit de finition. Le bon produit est le « Placo Surfenduit Finition ». Comptez 45 € le sac de 25 kilo permettant de faire environ 100m².  En faisant une pâte homogène liquide mais pas trop, on enduit avec un platoir biseauté (important!) et une grosse spatule. On commence par le bas puis on va du haut vers le bas pour recouvrir la première bande. Au début, on se dit que l’on y arrivera jamais mais avec de la pratique, on trouve le bon coup de main. Le but est donc de faire un surface la plus lisse possible. Il faut donc tirer le produit pour qu’il n’y ait pas de trous ni de sur-épaisseur. Attention également au petites vaguelettes se formant lorsque l’enduit est trop sec ou lorsque l’on prend un mauvais angle avec le platoir.  Un crissement est caractéristique de la formation de ces vaguelettes que l’on reprendra car sinon le ponçage va être rude ! On dégage les angles avec la spatule. Les pros recommandent deux passages mais j’ai décidé de faire faire le plafond par un pro (donc deux passes) et faire les murs en une passe avec mes propres mains.

Demain, l’enduit devrait être terminé bien le cage d’escalier toute hauteur me pose quelques questions :D. Suite à cela, un ponçage intégral grain 180/200 devrait rendre l’ensemble impeccable. Pour être au top, il faut poncer avec un projecteur éclairant de côté car la lumière fera apparaître les défauts. Ne pas croire que la peinture couvrira les défauts car elle les mets plutôt en avant ! Une sous couche Auro transparente  puis deux couches de peinture Auro viendront peaufiner tout ça et rendre habitable l’ensemble.

 

Mélange du surfenduit à la perceuse

P1090168

Spot en place : 1,2,3 action !

P1090174

Heu, c’était pas mon short qu’il fallait enduire ?

P1090175

Le matos du parfait enduisseur : Platoir biseauté, cale à poncer avec rallonge et spatule

P1090178

La couche sur les murs côté entrée et salon

P1090180

 

Édit lundi 23/06/2014 : Début du ponçage de l’enduit

En ce lundi, j’ai terminé le ratissage (si on exclu la cage d’escalier qui est trop haute pour mon échelle). C’est un soulagement car je n’en pouvais plus même si je commençais à prendre le coup de main ! Je me suis donc lancé dans le ponçage de l’enduit cette après midi et je pensais le faire avec la cale Wolfcraft mais le boulot était démentiel. Du coup, j’ai monté un disque grain 180 de la même marque sur ma ponceuse Métabo excentrique et miracle, le rendu est magnifique ! Par-contre, il ne faut pas rester longtemps au même endroit sous peine d’enlever tout l’enduit. Il faut également bien l’appliquer sur la parois. Ainsi, j’ai poncé les murs de la buanderie et de la grande pièce. J’ai commencé également l’entrée. Pour trouver les défauts, l’utilisation d’un projecteur est indispensable ! Demain, je pense terminer le ponçage des murs et peut être des plafonds (que je ferai sûrement à la main car mieux enduit que les miens). Demain, nous allons commander la faïence, valider la pose du poêle à bois et acheter quelques peintures pour les chambres.

Cuisine et buanderie : enduit et ponçage grain 180

P1090184

Livraisons

On avait fait en sorte de faire livrer le matériel une fois les clés de chantier en poche. Ainsi, nous avons reçu ce jour la vitre de douche 120 cm, une tablette en verre à poser dans la douche (pour les produits de douche) et la peinture Auro ! Deux palettes stockées dans le garage. Pour la peinture, c’est parfait car je vais commencer sûrement mercredi car je suis plutôt en avance sur le planning ! Le parquet flottant devrait suivre tout comme le plan de travail sur mesure Ikéa qui devait être livré aujourd’hui… et la cuisine.

Parois de douche 120 cm

P1090181

Peinture Auro

P1090182

Création du premier jardin carré et début de la pose des pavés anciens

I] Après la maison carrée, le jardin s’y met aussi !

Après quelques petits aménagements et la mission « bois » pour le mobilier extérieur il était nécessaire de passer à l’action ! Et c’est ainsi qu’en ce samedi, nous avons lancé nos outils à la conquête du premier jardin carré. Tout le bois est en douglas non traité. Le plan se veut simplissime. D’une hauteur de 60 cm et donc trois planches de 20 cm épaisses de 28 mm, le jardin fait 1.2*1.2 m. Quatre poteaux de section 80*60 mm viennent soutenir le tout aux angles. Pour la finition, des planches de 10 cm par 2.8 cm viennent couvrir le dessus. A l’intérieur, du plastique protège le bois et ce dernier est maintenue grâce à des agrafes fixées à l’aide d’une agrafeuse murale.

Niveau matériel, nous avons utilisé pêle mêle :

  • Une scie circulaire avec guide de coupe
  • Agrafeuse murale
  • Bâche de protection
  • Une règle, équerre (faisant office de rapporteur),mètre enrouleur
  • Perceuse – Visseuse avec embout torx
  • Vis inox 60 mm et 80 mm
  • 2 traiteaux
  • serre joints
  • Bois : Planches 20cm*2.8 cm, 10cm *2.8cm, poteau section 60/80mm

Installation du chantier : découpe des planches 20 cm

P1070953

Planches coupées avec la scie circulaire

P1070954

Prêt pour le montage de la première rangée de planche

P1070956

Montage

P1070957

Les trois rangées montées

P1070960

Ajout de la bâche de protection pour limiter le contact avec la terre

P1070964

Finition avec les planches de 10 cm et découpe des angles à 45 °

P1070965

Le premier carré terminé !

P1070968

Le travail nous a pris environ 2h30 sans forcer avec le matériel et la place qui va bien. Pour renforcer la planche de finition, nous avons ajouté des petits morceaux de poteau 60/80 mm au milieu et visé le tout. Ainsi, on peut s’assoir dessus sans que la planche ne s’affaisse.  Le résultat est à la hauteur de nos attentes. Cela fait un beau volume et les 60 cm de haut offrent une bonne accessibilité au jardin. Reste à faire la même chose pour deux autres bacs  et à planter nos légumes 🙂

II] Arrivée des pavés et début de pose de la bordure

 Nous avons beaucoup réfléchis concernant le matériau que nous allions utiliser pour faire l’allée carrossable devant notre maison. Déjà, nous avons banni les matériaux imperméabilisant et peu écologique comme le  goudron et autres enrobés. Ainsi, nous avons convenu que le pavage avec de la pierre naturelle serait notre choix. Ce genre de pavé comme le granit 10*10 cm coûte relativement cher. Avec quelques recherches sur Leboncoin pour ne pas le citer, nous avons trouvé environ 60 m² de vieux pavés de ville pour un prix très correct. Maintenant, ce sont des pavés ayants une dimension d’environ 15*15*20 cm ce qui rend la mise en œuvre assez fastidieuse. Doucement mais sûrement, nous devrions y arriver !

14 tonnes de pavés à poser, qui nous donne un coup de main pour la pose ? 😀

P1070939

Pose du cordeau au bon niveau et décaissage

P1070940

Préparation du béton (1 seau de ciment pour 5 seaux de mélange à béton 0/16 et de l’eau)

P1070942

  Après quelques minutes de travail, tadaa, la belle bordure !

P1070950

La pose du cordeau a été effectué avec comme niveau finale la hauteur de l’entrée du garage. J’ai tendu ce cordeau avec deux fers à béton. Ensuite, j’ai creusé dans les graviers sur environ 30 cm, posé un lit de béton et posé les pavés à la limite du cordeau. La partie extérieure du pavage voit arriver ce que l’on nomme un solin en béton qui tiendra l’ensemble. Côté intérieur, pas de solin car il serait alors impossible de poser le pavage central qui sera lui posé sur un lit de sable concassé 0/4mm. De temps en temps, je regarde si les pavés sont bien positionnés avec une règle de 2 m. Le placement des pavés dans le béton se fait souvent avec un gros maillet mais je le fais avec une massette. Les joints des bordures seront fait à l’aide d’un sable mélangé à du ciment alors que les joints du reste du pavage seront comblés par un sable concassé 0/4.

En conclusion, il y a du boulot en perspective mais le résultat devrait être à la hauteur des efforts consentis ! L’utilisation de genouillères est fortement recommandé. Niveau outillage j’ai utilisé un seau, une pelle, une pioche, une truelle ainsi qu’un niveau, une règle de 2 m, un cordeau, une massette, du ciment et du mélange béton 0/16 et de l’eau. Pour la pose des joints ciment, j’utiliserai une truelle langue de chat, une éponge et une balayette spéciale maçon. Dosage du béton 350 kg : 4 seaux de mélange béton 0/16 + 1 seau de ciment + eau. Pour les joints : 3 seaux de sable 0/4 pour un seau de ciment avec l’eau nécessaire pour que l’ensemble se place bien et tienne dans les joints.